Des garanties pour les grands événements culturels

Les manifestations pourraient réunir jusqu'à 3000 personnes dès juillet. Mais les organisateurs ...
Des garanties pour les grands événements culturels

Des garanties pour les grands événements culturels

Photo: KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE

Les manifestations pourraient réunir jusqu'à 3000 personnes dès juillet. Mais les organisateurs ont besoin de garanties. Le Conseil fédéral a mis en consultation mercredi les critères leur ouvrant la voie à une indemnisation si la situation sanitaire se détériore.

Les cantons devraient pouvoir autoriser les grandes manifestations accueillant jusqu'à 3000 visiteurs à partir du 1er juillet. Cette limite sera portée à 10'000 en septembre. Le Conseil fédéral a présenté les conditions pour permettre l'organisation de ces événements. Il se prononcera vraisemblablement dans la seconde moitié du mois de juin sur les conditions et les dates précises de ces assouplissements.

'La situation actuelle est assez stable, elle n'est pas du tout hors de contrôle', a indiqué mercredi à Berne le ministre de la santé Alain Berset. Le calendrier devrait pouvoir être tenu si la population continue à faire attention et à se protéger.

Afin de minimiser le risque de contamination, l’organisateur d'un grand événement devra prévoir des plans de protection stricts et limiter l’accès à la manifestation aux personnes vaccinées, guéries ou en possession d’un résultat de test négatif. D’ici à l’été, le certificat Covid-19 simplifiera considérablement les contrôles à l’entrée.

'Les personnes n'ayant pas encore pu se faire vacciner ou ne le souhaitant pourront ainsi également y avoir accès', a précisé le conseiller fédéral. Elles devront se faire tester.

Manifestations pilotes

Avant le 1er juillet, le Conseil fédéral propose aux cantons une phase pilote. Chaque canton pourra permettre l'organisation de trois manifestations d'essai rassemblant entre 300 et 600 personnes. Elles devront montrer s'il est possible d’appliquer les plans de protection et de garantir le contrôle des justificatifs de vaccination, de test négatif ou de guérison.

Les résultats de l’utilisation des autotests réalisés sur place et sous la surveillance de l’organisateur doivent également être analysés. 'Il s’agit d'acquérir et d’accumuler assez d’expériences au mois de juin', a résumé M. Berset.

Une assurance

La situation épidémiologique instable fait cependant peser une épée de Damoclès sur tous les organisateurs de grands événements. Ceux-ci exigent de longs préparatifs.

Le Conseil fédéral veut leur donner une sécurité de planification le plus tôt possible. Concrètement, si des manifestations autorisées par un canton ne peuvent avoir lieu pour des raisons épidémiologiques, les organisateurs doivent avoir droit à une indemnisation.

Ce principe, intitulé parapluie de protection, a été introduit par le Parlement dans la loi Covid-19 lors de la session de printemps. Un crédit d'engagement de 150 millions de francs est prévu à cet effet, la moitié à charge de la Confédération et l'autre des cantons, a indiqué le président de la Confédération Guy Parmelin.

Conditions précises

Pour recevoir une indemnisation, une manifestation devra être approuvée par le canton, accueillir des visiteurs venant d'autres cantons et réunir au moins 1000 personnes chaque jour. De son côté, l'organisateur devra payer une franchise de 30'000 francs et une quote-part de 20% sur le montant restant.

En cas d'annulation, le canton paie la moitié du dédommagement, la Confédération l'autre partie. La participation aux coûts de la Confédération et des cantons s'élève à cinq millions de francs au maximum par événement.

Le règlement s'applique aux événements qui se déroulent entre le 1er juin 2021 et le 30 avril 2022. La plupart des cantons doivent encore créer la base légale nécessaire à sa mise en œuvre.

La consultation s'achève le 10 mai. Le Conseil fédéral prendra sa décision le 26 mai.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus