Initier les élèves aux branches scientifiques plus tôt

Les enfants devraient être initiés aux processus physiques, à la botanique et à la technique ...
Initier les élèves aux branches scientifiques plus tôt

Initier les élèves aux branches scientifiques plus tôt

Photo: KEYSTONE/GAETAN BALLY

Les enfants devraient être initiés aux processus physiques, à la botanique et à la technique plus tôt. En comparaison internationale, les branches MINT sont trop peu encouragées en Suisse. Une pénurie de personnel qualifié se dessine dans les secteurs correspondants.

Telles sont les conclusions des Académies suisses des sciences. Elles ont analysé le programme de promotion MINT (mathématiques, informatique, sciences naturelles et technique) pour les années 2013 à 2016.

Les compétences MINT gagnent en importance. Or, en Suisse, il est nécessaire d'améliorer leur promotion, écrivent-elles dans leur rapport publié jeudi. En comparaison internationale, la Suisse accuse surtout un retard en ce qui concerne l'encouragement précoce de la relève.

Malgré de bonnes perspectives professionnelles, les disciplines MINT n'attirent qu'une minorité d'étudiants. Sur les 148'000 personnes immatriculées dans les hautes écoles universitaires pour l'année 2016/2017, seules 18'000 avaient opté pour des sciences techniques.

Exemples du quotidien

Il manque déjà des personnes bien formées, en particulier dans les domaines de l'informatique, de la technique et en partie dans la construction. Pour les Académies des sciences, il est important que les enfants s'intéressent à ces thématiques plus tôt qu'aujourd'hui et qu'ils les prennent en compte lors du choix de leur profession.

Les enfants et les jeunes devraient donc être initiés à la physique, à la méchanique et aux formules mathématiques de façon ludique. Le quotidien offre de nombreuses possibilités pour aborder des processus physiques.

Il peut par exemple s'agir de visites de musées, d'excursions pour découvrir la nature ou de problèmes de logique. De plus, les services d'orientation professionnelle ainsi que les crèches doivent également être pris en compte dans les offres extrascolaires MINT, estiment les Académies.

Briser les clichés de genre

La promotion MINT est un processus sur la durée qui commence dès la prime enfance, relèvent les Académies. Elles appellent donc les familles à briser les clichés de genre, car les différences d'intérêts et de compétences entre les garçons et les filles sont très prononcées. Ce conseil vaut aussi pour les entreprises. Ces dernières devraient par exemple proposer des stages d'initiation ou investir dans des offres extrascolaires.

Les contenus scolaires doivent également être adaptés, de même que la formation et la formation continue des enseignants. De nouveaux moyens d'enseignement doivent en outre être testés.

Les Académies suisses des sciences ont coordonné le programme de promotion MINT et analysé la période 2013-2016 sur mandat du Secrétariat d'Etat à la formation, à la recherche et à l'innovation (SEFRI). Durant cette période, elles ont soutenu 28 projets.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus