La nouvelle cheffe de la Francophonie salue le rôle de la Suisse

La nouvelle secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), ...
La nouvelle cheffe de la Francophonie salue le rôle de la Suisse

La nouvelle cheffe de la Francophonie salue le rôle de la Suisse

Photo: Keystone/PETER SCHNEIDER

La nouvelle secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Louise Mushikiwabo, a été reçue mardi par le conseiller fédéral Ignazio Cassis pour une visite de travail à Berne. Elle a salué le soutien politique et financier de la Suisse.

L'ancienne ministre des Affaires étrangères du Rwanda, qui a pris ses fonctions de cheffe de l'OIF le 3 janvier dernier, a souligné l'importance à ses yeux de venir dès le début de son mandat en Suisse. 'La Suisse est une grande joueuse dans l'équipe' de la francophonie, a affirmé devant la presse Louise Mushikiwabo.

Il y a deux semaines, le Conseil fédéral a décidé d'allouer 1,7 million de francs en faveur de la coopération francophone pour les années 2020 à 2023. La Suisse est le troisième bailleur de fonds, à égalité avec la Belgique, de l'OIF. Les deux premières places sont détenues par la France et le Canada.

La Suisse fournit aussi son expertise en matière de formation professionnelle duale dans certains pays de l'espace francophone. Elle soutient par exemple l'Agence universitaire de la Francophonie ou la Fête de la Francophonie.

La boulette de Cassis

Au-delà du soutien financier, Mme Mushikiwabo a cité en exemple la Suisse pour son multilatéralisme et son multilinguisme, saluant au passage son rôle dans le dialogue politique des relations internationales. Elle a remercié la Confédération pour son implication dans l'OIF et les 'discussions enrichissantes' qu'elle a eues avec Ignazio Cassis.

La Rwandaise a aussi évoqué dans les grandes lignes ses objectifs prioritaires au sein de l'OIF: elle souhaite renforcer le rôle politique de l'organisation, multiplier les échanges bilatéraux et multilatéraux, insuffler plus de concret et de visibilité à l'OIF, a-t-elle énuméré en substance.

Lors du très court point de presse à l'issue de la rencontre entre Mme Mushikiwabo et M. Cassis, le conseiller fédéral a commis une gaffe sur la nationalité de son invitée, évoquant le Cameroun dans son intervention au lieu du Rwanda. La secrétaire générale de l'OIF n'a pas bronché sur le moment, mais elle a tenu à rectifier diplomatiquement le tir au moment de prendre la parole devant les journalistes. M. Cassis s'est excusé à la fin.

La Suisse membre depuis 1986

L'Organisation internationale de la Francophonie réunit 84 Etats et gouvernements. Elle forme la représentation politique des quelque 274 millions de francophones dans le monde, soit environ 3% de la population de la planète. La Suisse est membre depuis 1996.

L'OIF s'est fixé comme 'domaines prioritaires' la langue française et la diversité culturelle et linguistique; la paix, la démocratie et les droits humains; l'éducation et la formation et, enfin, le développement durable, l'économie et la solidarité. Son budget est cependant limité: un peu moins de 100 millions de francs par an en moyenne.

La francophonie est l'espace linguistique à la plus forte croissance, avec un bond de 143% prévu entre 2015 et 2065 (+62% pour l'anglais), selon l'ONU. D'ici à 2065, un milliard de personnes devrait parler français, soit cinq fois plus qu'en 1960, au deuxième rang des langues internationales derrière l'anglais. Selon l'OIF, 8% de la population mondiale sera francophone en 2050, soit 700 millions, dont 85% en Afrique.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus