Le retable de Callisto Piazza da Lodi de retour au Tessin

Le retable du peintre Callisto Piazza da Lodi est revenu à Lugano ces derniers jours, en provenance ...
Le retable de Callisto Piazza da Lodi de retour au Tessin

Le retable de Callisto Piazza da Lodi de retour au Tessin

Photo: Canton du Tessin

Le retable du peintre Callisto Piazza da Lodi est revenu à Lugano ces derniers jours, en provenance de Londres. Il représente l'Assomption et le couronnement de la Vierge.

Les représentants des propriétaires (canton du Tessin, diocèse de Lugano, ville de Lugano) ont pu admirer la beauté de cette peinture au dépôt du musée d'art de la Suisse italienne, le MASI, a indiqué le canton dans un communiqué samedi. Le grand panneau peint - qui mesure 2,6 mètres de hauteur - est arrivé de Londres, où il a été acheté aux enchères Sotheby's.

Les nouveaux propriétaires, soutenus par des particuliers, ont pu l'acquérir pour environ 120 000 francs, a déclaré Simonetta Biaggio, chefhe de l'Office des biens culturels, à Keystone-ATS.

L'achat de cette œuvre d'art est liée à l'histoire de l'église de S. Maria degli Angeli à Lugano. Le tableau, commandé en 1548 par Battista Rusca de Lugano, est en bon état.

Selon Simonetta Biaggio, le retable se trouvait dans l'église de Santa Maria degli Angeli jusqu'à ce qu'il soit vendu par des moines capucins vers 1700. Après cela, il est pass de collections privées en collections privées. Sa trace n'a être retrouvée que récemment.

Dans cette œuvre, le peintre mêle l'iconographie de l'Assomption et celle du Couronnement, en plaçant la Vierge couronnée par Jésus dans la partie supérieure, dominée par la colombe du Saint-Esprit et entourée d'une armée d'anges musiciens. Au-dessous, on voit les apôtres agités observant le tombeau vide.

Représentant de la période maniériste

Le peintre Callisto Piazza (1523 -1561) a grandi dans une famille d'artistes et s'est formé dans l'atelier de son père. D'une génération plus jeune que Bernardino Luini, il était un représentant de la période maniériste. Il rencontre un certain succès à Milan à partir de 1534, au moins sur divers chantiers, dont le Castello Sforzesco.

Un peu moins de cent ans après la dernière restauration réalisée dans l'église par Edoardo Berta entre 1924 et 1930, le Bureau du patrimoine culturel en lance une nouvelle cette année. À la fin des travaux, le tableau retrouvera les murs de l'église.

/ATS