Photo Elysée rend hommage à la polyvalence de Sabine Weiss

A l'occasion du centenaire de la naissance de Sabine Weiss (1924-2021), Photo Elysée rend hommage ...
Photo Elysée rend hommage à la polyvalence de Sabine Weiss

Photo Elysée rend hommage à la polyvalence de Sabine Weiss

Photo: Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

A l'occasion du centenaire de la naissance de Sabine Weiss (1924-2021), Photo Elysée rend hommage à la photographe franco-suisse, figure majeure du courant français dit 'humaniste'. L'artiste avait transmis l'ensemble de ses archives au musée lausannois en 2017.

Née le 23 juillet 1924 à Saint-Gingolph (VS) au bord du lac Léman, Sabine Weiss avait fait don de 200'000 négatifs, 7000 planches-contacts, environ 2000 diapositives, des photographies et de nombreux autres documents. Le volumineux ensemble a rejoint Photo Elysée sur le site de Platforme 10 en début d'année.

'C'est donc une exposition très spontanée. L'idée est de réveiller et de partager désormais son oeuvre', a souligné vendredi devant les médias Nathalie Herschdorfer, directrice du musée de la photographie. Une centaine d'oeuvres puisées dans ce fond sont exposées jusqu'au 12 janvier 2025, certaines iconiques, d'autres plus méconnues, dont quelques trésors dénichés par surprise.

Elles donnent un aperçu très représentatif de la polyvalence de Sabine Weiss, véritable 'touche-à-tout': photographe de rue, de studio, de mode, de publicité, portraitiste et aussi photoreporter pour de nombreuses revues internationales. C'est une carrière admirable et très active, longue de 60 ans et qui explore tous les aspects du métier de photographe, a résumé Mme Herschdorfer.

De la rue au studio

Décédée le 28 décembre 2021 à l'âge de 97 ans, Sabine Weiss fait partie des grands noms de la photographie européenne. Elle est l'une des dernières représentantes de la photographie 'humaniste', courant né en France après la Seconde Guerre mondiale et auquel on rattache des artistes comme Robert Doisneau ou Brassaï. Elle s'était installée à Paris dès 1946 et a été naturalisée française en 1995.

Avec l'exposition qui lui rend un bel hommage, le public découvrira le parcours éclectique de cette technicienne hors pair qui a acquis son premier appareil à l'âge de 12 ans avec son argent de poche. Elle a ensuite appris le métier dans le studio genevois Boissonnas.

A son arrivée dans la capitale française, elle a travaillé pour le photographe de mode Willy Maywald, puis ouvre son propre studio. Elle est aussi restée longtemps liée à l'agence Rapho.

Pour l'exposition, des photos instantanées, scènes de rue et du quotidien immortalisant la vie simple des gens, côtoient des photos très organisées et mises en scène en studio pour des portraits, la publicité ou encore la mode (pour Vogue notamment). Tendresse, délicatesse, élégance, espièglerie, créativité et aussi grande rigueur sautent tout à la fois aux yeux du visiteur.

Dialogue avec le papier

Photo Elysée a invité l'artiste plasticienne française Nathalie Boutté à dialoguer avec l'oeuvre de Sabine Weiss. Elle a même participé à la construction de l'exposition-hommage. Ses travaux en papier s'inspirant d'images réalisées par la photographe accompagnent donc les oeuvres tout au long de l'exposition.

Un processus très minutieux: Nathalie Boutté découpe des centaines voire plus d'un millier de fines languettes de papier sur lesquelles figurent une citation de Sabine Weiss, avant de les assembler pour recomposer la photographie originale. Les nuances de gris des bandes de papier créent des dégradés, semblables aux pixels numériques.

/ATS
 

Actualités suivantes