Plateforme 10 à Lausanne: divergences sur le sponsoring

Le Grand Conseil vaudois est entré en matière mardi sur le projet de loi ayant trait à la fondation ...
Plateforme 10 à Lausanne: divergences sur le sponsoring

Plateforme 10 à Lausanne: divergences sur le sponsoring

Photo: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Le Grand Conseil vaudois est entré en matière mardi sur le projet de loi ayant trait à la fondation Plateforme 10, qui va chapeauter les trois musées du 'Quartier des arts' lausannois. Le soutien du cigarettier Philip Morris est notamment remis en question.

Mardi, l'entrée en matière pour cette troisième étape du projet s'est faite par 135 voix et une abstention. Si les orateurs ont largement salué 'un projet magnifique qui va rayonner bien au-delà de la ville et du canton', des voix à gauche et au centre se sont fait entendre pour critiquer l'acceptation de dons de sponsors, notamment les 390'000 francs fournis par le cigarettier Philip Morris.

Publicité déguisée

La minorité, emmenée par Hadrien Buclin (Ensemble à Gauche et POP) et Graziella Schaller (Vert'libéraux) estime que le rôle des mécènes et sponsors n’est pas encadré de manière suffisamment stricte dans le projet de loi. 'Accepter les fonds de Philip Morris, c'est accepter les gains de l'industrie du tabac', a déploré Mme Schaller.

Le sponsoring peut d'autre part amener une certaine instabilité dans les projets, a pour sa part relevé Hadrien Buclin. Il a rappelé que Nestlé s'est retiré du jour au lendemain du Musée Jenish à Vevey et s'est prononcé pour le financement par l'impôt.

Vote dans l'après-midi

L'article concerné fera l'objet d'un vote dans l'après-midi, trois amendements ayant été déposés. L'un vise à interdire le financement par des 'entreprises qui ont des activités commerciales entrant en contradiction avec les objectifs de santé publique, de réduction des émissions de CO2, de développement durable et de respect des droits fondamentaux promus par l’Etat de Vaud'. Le second cible uniquement l'industrie du tabac.

Un troisième demande que la Fondation n'accepte aucune intervention sur le contenu artistique et scientifique de ses activités de la part des sponsors et mécènes.

Politique tarifaire

La question a déjà suscité de longs débats lors de l'entrée en matière. La droite a combattu l'idée d'une interdiction, rappelant que le sponsoring est très encadré. Le PS estime problématique un amendement qui s'en prend à toutes les activités commerciales.

Le conseiller d'Etat Pacal Broulis a rappelé que 'sans le partenariat public privé, on n'en serait pas là aujourd'hui: 34 millions pour le mcba et on cherche toujours 7 millions pour les deux autres musées. Il a souligné que la transparence a toujours été de mise sur l'apport des sponsors et mécènes.

Sa collègue Cesla Amarelle a relevé que le mécenat va probablement financer des expositions temporaires. 'Cela impulse sur la politique tarifaire qui va être mise en place. Pour le moment, elle est plus favorable que dans d'autres musées en Suisse alémanique', a-t-elle noté.

Trois musées sous un toit

La Fondation de droit public Plateforme 10 assumera la gestion des trois institutions muséales (Musée cantonal des Beaux-Arts le Musée cantonal de la photographie et le Musée de design et d’arts appliqués contemporains, ainsi que celle des activités du 'Quartier des arts'. Elle sera constituée en 2020.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus