Un écrin pour la musique classique doit voir le jour fin 2022

Fin 2022, Genève espère inaugurer sa Cité de la musique. Le futur édifice abritera les locaux ...
Un écrin pour la musique classique doit voir le jour fin 2022

Un écrin pour la musique classique doit voir le jour fin 2022

Photo: Keystone

Fin 2022, Genève espère inaugurer sa Cité de la musique. Le futur édifice abritera les locaux de l'Orchestre de la Suisse romande (OSR) et ceux de la Haute école de musique de Genève (HEM). Les travaux sont estimés à 250 millions de francs, financés par le privé.

La Fondation pour la Cité de la musique de Genève, à l'origine du projet, a mené un travail de longue haleine. Elle a dû négocier avec l'ONU, qui était propriétaire du terrain. L'organisation a accepté d'accorder un droit de superficie valable 90 ans, en échange de 25,6 millions de francs. Le feu vert est tombé juste avant Noël.

'Nous lançons aujourd'hui le concours international d'architecture', a fait savoir vendredi devant les médias le président de la Fondation pour la Cité de la musique de Genève Bruno Mégevand. Au total, 18 bureaux ont été invités à présenter leurs idées. Tous ont une expérience dans la réalisation de grandes salles de concerts.

Le nouvel édifice bordera la place des Nations. La capacité de la salle sera de 1750 places. Une grande liberté sera laissée aux architectes pour choisir la forme qu'elle prendra. La Fondation pour la Cité de la musique sera juste intraitable concernant les coûts. Aucun dépassement ne sera toléré.

Budget quasi bouclé

Une fondation privée bien connue à Genève, mais qui souhaite rester dans l'ombre, assurera plus de 80% du financement du projet. Des contacts très positifs ont été établis avec d'autres entités pour boucler le budget. Les collectivités publiques ne seront pas sollicitées, a certifié M.Mégevand.

La construction d'un édifice consacré à la musique classique enchante tant le canton que la Ville de Genève. La Cité de la musique amènera de la vie dans le quartier des organisations internationales. La présence de la Haute école de musique permettra de mêler formation et culture.

Du côté de l'OSR, on ne cache pas sa joie. Le vénérable Victoria Hall ne répond plus aux besoins d'un grand orchestre. Les musiciens se réjouissent déjà d'être en résidence dans un lieu à la pointe de l'acoustique. Il sera aussi plus facile d'attirer de grands chefs, a noté la présidente du Conseil de fondation de l'OSR Florence Notter.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes