L'ETA a l'intention de se désarmer d'ici au 8 avril

L'organisation séparatiste basque ETA est prête à se désarmer avant le 8 avril. Le chef du ...
L'ETA a l'intention de se désarmer d'ici au 8 avril

L'ETA a l'intention de se désarmer d'ici au 8 avril

Photo: Keystone

L'organisation séparatiste basque ETA est prête à se désarmer avant le 8 avril. Le chef du gouvernement régional basque Inigo Urkullu a confirmé vendredi cette 'possibilité d'un désarmement final'. Il a demandé à Madrid et Paris de faciliter cette initiative.

'Le gouvernement basque accorde une crédibilité à la possibilité d'un désarmement final à court terme', a déclaré lors d'une brève allocution Inigo Urkullu. 'Il demande (...) aux gouvernements espagnol et français de faire preuve de hauteur de vue et de fournir des voies de communication directes', afin 'd'atteindre cet objectif à l'importance historique pour notre société', a-t-il ajouté.

'Une initiative d'ampleur permettant de restituer l'ensemble de l'arsenal d'ETA – le stock de dix caisses saisi en décembre ne représente que 15% de l'ensemble de l'armement de l'organisation – est prévue le samedi 8 avril', avait écrit plus tôt le journal Le Monde, citant Txetx Etcheverry, militant de Bizi, organisation basque intervenant sur des thèmes sociaux et environnementaux.

Le Monde précisait que plusieurs centaines de personnes de la société civile et de nombreux élus de la région pourraient participer à cette opération d'une ampleur inédite.

Plus de 800 morts

Avant le 8 avril, l'ETA a l'intention de transmettre les coordonnées des caches d'armes afin que ce désarmement puisse être complet, avait précisé à l'AFP une source proche des pourparlers pour ce désarmement.

L'ETA (Euskadi Ta Askatasuna) a annoncé en octobre 2011 l'abandon définitif d'une lutte armée contre l'Etat espagnol pour l'indépendance du Pays basque et de la Navarre. Ce combat a fait 829 morts en 40 ans.

Aucun accord avec les autorités espagnoles et françaises n'a jusqu'à présent été trouvé sur les modalités de son désarmement. L'ETA avait commis son dernier attentat en 2010, faisant un mort, un policier, sur le sol français.

/ATS
 

Actualités suivantes