Macron et Merkel amorcent projets rapides et réformes profondes

Emmanuel Macron et Angela Merkel sont convenus lundi de travailler sur des projets communs ...
Macron et Merkel amorcent projets rapides et réformes profondes

Emmanuel Macron et Angela Merkel sont convenus lundi de travailler sur des projets communs et d'établir une feuille de route pour approfondir l'Union européenne et la zone euro. Le président français a par ailleurs nommé son Premier ministre, Edouard Philippe.

Le président français a insisté sur la nécessité de répondre à la 'colère' qui s'est exprimée dans le vote pour Marine Le Pen, la chancelière allemande jugeant que l'élection française montrait qu'il fallait renforcer l'Europe.

'L'un et l'autre nous sommes convaincus que nous avons besoin de résultats de court terme mais également de vraies transformations, d'une vraie refondation de l'Europe', a dit Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse commune.

La feuille de route, qui sera ensuite ouverte aux autres pays, doit permettre d''avancer sur les prochaines années'. 'Nous ne pouvons pas en rester au Brexit, nous devons approfondir la cohérence de la zone euro', a dit Angela Merkel.

'Nous sommes convenus d'une coopération extrêmement intense', a-t-elle ajouté, jugeant que 'les projets franco-allemands, par exemple dans le domaine fiscal, pourraient donner une impulsion pour donner une nouvelle cohérence à l'Europe'. Les deux dirigeants ont dit être prêts à modifier les traités européens pour réformer la zone euro et l'Union.

Conseil franco-allemand en juillet

Parmi les sujets de court terme, ils ont cité la révision de la directive sur les travailleurs détachés, un sujet très présent dans la campagne présidentielle, un droit d'asile commun pour les réfugiés, et le travail sur la réciprocité dans le cadre de la politique commerciale européenne.

Comme projets bilatéraux, Emmanuel Macron a cité la coopération dans le numérique, l'économie et la fiscalité 'avec des projets de convergence que nous pouvons conduire', l'éducation, la sécurité, la défense et la politique internationale.

France et Allemagne organiseront en juillet un conseil des ministres commun pour avancer sur ces sujets.

Réformer la France

Emmanuel Macron a insisté sur la nécessité de mener des réformes économiques et sociales en France, 'non pas parce que l'Europe le demande, parce que la France en a besoin'.

'J'ai, en France, à conduire des réformes en profondeur, qui sont nécessaires pour notre pays mais nécessaires aussi pour la pleine restauration de la confiance franco-allemande', a-t-il dit.

Interrogé sur ses projets de réformes financières de la zone euro, Emmanuel Macron a dit qu'il ne souhaitait pas la création d'Eurobonds, un sujet très sensible en Allemagne, et qu'il était opposé à la mutualisation des dettes publiques passées.

Un homme de droite

Emmanuel Macron a par ailleurs nommé lundi le député Les Républicains (LR) Edouard Philippe Premier ministre, poursuivant sa logique de recomposition politique au détriment des partis traditionnels à moins d'un mois du premier tour des législatives.

Le chef de l'Etat et le nouveau locataire de Matignon travailleront mardi sur la composition du gouvernement, qui sera annoncée en fin de journée, avant la tenue du premier conseil des ministres à l'Elysée mercredi.

'Je suis un homme de droite', a déclaré Edouard Philippe lors de la passation de pouvoir avec Bernard Cazeneuve à Matignon, en saluant la détermination à servir l'intérêt général de son prédécesseur, qui s'était défini comme 'homme de gauche'.

/ATS
 

Actualités suivantes