Ouverture de la conférence de Sotchi, boycottée par l'opposition

La conférence de paix sur la Syrie organisée par la Russie à Sotchi a connu mardi un début ...
Ouverture de la conférence de Sotchi, boycottée par l'opposition

Ouverture de la conférence de Sotchi, boycottée par l'opposition

Photo: KEYSTONE/AP/HASSAN AMMAR

La conférence de paix sur la Syrie organisée par la Russie à Sotchi a connu mardi un début mouvementé. Certains délégués de l'opposition ont refusé de quitter l'aéroport, se disant offensés par la présence du drapeau et de l'emblème de la République arabe syrienne.

La Russie, alliée du régime de Bachar al Assad, organise ce 'congrès du dialogue national' dans la station balnéaire des bords de la Mer noire en espérant lancer des négociations sur l'élaboration d'une nouvelle Constitution après quasiment sept ans de guerre civile.

Mais l'événement est boycotté par le Comité des négociations (CNS) de l'opposition syrienne et les Kurdes de Syrie. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France ne sont en outre pas représentés pour protester contre ce qu'ils considèrent comme le refus de Damas de s'engager sincèrement dans des négociations.

La durée de la conférence, initialement fixée à deux jours, a été finalement ramenée à une journée. La plupart des délégués avec lesquels Reuters a pu discuter venaient de Damas et ne s'opposaient pas à M. Assad.

'Nous retournons en Turquie'

Un groupe d'opposants venus de Turquie a refusé de quitter l'aéroport de Sotchi tant que les emblèmes du gouvernement syrien n'auraient pas été retirés. 'Nous retournons en Turquie', a déclaré Ahmad al Burri, qui a participé aux discussions de paix d'Astana, au Kazakhstan.

'Quoi qu'il arrive, nous n'entrerons pas à Sotchi. Nous avons informé (les Russes) de nos conditions. Ils doivent retirer tous les emblèmes et drapeaux représentant le gouvernement syrien', a-t-il expliqué au téléphone. Le journaliste Mohamed Adnan, membre de l'opposition basé en Turquie, a déclaré qu'environ 70 personnes se trouvaient à l'aéroport et attendaient un avion pour repartir à Ankara.

/ATS
 

Actualités suivantes