Le preneur d'otages abattu à Trèbes

Le preneur d'otages a été abattu. L'assaut a été donné par les forces de l'ordre peu avant ...
Le preneur d'otages abattu à Trèbes

Le preneur d'otage a été abattu. L'assaut a été donné par les forces de l'ordre peu avant 15h

La prise d'otages s'est produite dans un supermarché à Trèbes, dans le sud-ouest de la France (image : Google Street View) La prise d'otages s'est produite dans un supermarché à Trèbes, dans le sud-ouest de la France (image : Google Street View)

Au moins trois personnes sont mortes et plusieurs ont été blessées vendredi dans le sud de la France au cours de trois attentats revendiqués par le groupe Etat islamique (EI). Ils ont été perpétrés par un assaillant qui a agi "seul" avant d'être abattu.

L'auteur de ces trois attaques perpétrées dans les villes de Carcassonne et Trèbes (sud), un homme de 26 ans, a agi "seul" et était connu "pour des faits de petite délinquance", a déclaré à la presse le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb, arrivé sur les lieux des attentats, qui ont été revendiqués par l'EI.

"L'homme qui a mené l'attaque de Trèbes dans le sud de la France est un soldat de l'Etat islamique, qui a agi en réponse à l'appel" de l'organisation "à viser les pays membres de la coalition" internationale anti-EI, selon un communiqué d'Amaq, l'agence de propagande du groupe djihadiste, partagé sur l'application Telegram.

L'assaillant a été tué vendredi après-midi lors d'un assaut mené par les forces de l'ordre dans le supermarché de Trèbes où il était retranché avec un gendarme, a annoncé le ministre.

Peu avant, ce gendarme s'était "volontairement substitué à un otage (civil) que le terroriste tenait" et était "resté avec lui", a précisé M. Collomb. "Le terroriste a tiré" et les forces de l'ordre sont intervenues, puis ont abattu l'assaillant, a-t-il poursuivi. Ce gendarme a été grièvement blessé par balle, ainsi qu'un autre militaire lors de l'assaut, ont précisé ces sources.

 

 

Risque terroriste fort

 

Le suspect, qui se réclamait de l'EI, avait volé vendredi matin une voiture à Carcassonne, tuant un passager et blessant grièvement le conducteur, selon des sources proches de l'enquête. Il avait ensuite blessé un policier par balle - ce dernier rentrait d'un footing avec plusieurs collègues - , puis l'assaillant s'était rendu dans un supermarché de Trèbes, à dix kilomètres de là, où il a tué deux autres personnes.

"Nous l'avions suivi et pensions qu'il n'y avait pas de radicalisation, il est passé à l'acte brusquement alors qu'il était déjà surveillé", a ajouté le ministre de l'Intérieur, affirmant que le risque terroriste restait "extrêmement fort" en France.

Depuis Bruxelles, le président Emmanuel Macron a souligné que la France fait face "depuis plusieurs mois à une menace endogène".

Selon les premiers éléments de l'enquête obtenus par l'AFP d'une source proche du dossier, un homme a pénétré "vers 11h15" dans le supermarché de Trèbes "et des coups de feu ont été entendus". Selon ces sources, un témoin a déclaré que l'auteur des coups de feu, qui aurait été armé de couteaux, d'une arme de poing et de grenades, avait crié "Allah Akbar" en entrant dans le magasin.

 

 

Prise d'otage

 

Quelques minutes plus tôt, un policier rentrant d'un footing avec plusieurs collègues avait été légèrement blessé par balle à Carcassonne par un homme armé qui a pris la fuite, selon les mêmes sources. La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie.

La prise d'otages est un mode opératoire déjà utilisé à plusieurs reprises en France ces dernières années par des djihadistes.

"Un homme a crié et a tiré des coups de feu à plusieurs reprises", a raconté une cliente du supermarché sur la radio Franceinfo. "J'ai vu une porte de frigo, j'ai demandé aux gens de venir se mettre à l'abri. Nous étions dix et nous sommes restés une heure. Il y a eu encore des coups de feu et on est sortis par la porte de secours derrière".

Tous les accès à la localité de Trèbes étaient bloqués. Des membres des forces de l'ordre lourdement armés étaient postés à la sortie d'autoroute desservant la ville.

La France fait partie de la coalition militaire internationale intervenant en Syrie et Irak contre l'EI, qui perd peu à peu tous ses bastions.

Réagissant à ces nouvelles attaques en France, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a exprimé son "émotion" et adressé "son plein soutien" au peuple français. /ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes