Abiy Ahmed Prix Nobel de la paix 2019

Le Premier ministre éthiopien a été récompensé pour son rôle dans la réconciliation entre son ...
Abiy Ahmed Prix Nobel de la paix 2019

Le Premier ministre éthiopien a été récompensé pour son rôle dans la réconciliation entre son pays et l’Érythrée

Le premier ministre éthopien Abiy Ahmed. (Photo : nobelprize.org) Le premier ministre éthopien Abiy Ahmed. (Photo : nobelprize.org)

Le Prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au premier ministre éthiopien. Abiy Ahmed est l'artisan d'une réconciliation spectaculaire de son pays avec l'Erythrée.

M. Abiy est récompensé « pour ses efforts en vue d'arriver à la paix et en faveur de la coopération internationale, en particulier pour son initiative déterminante visant à résoudre le conflit frontalier avec l'Erythrée », a déclaré la présidente du comité Nobel norvégien, Berit Reiss-Andersen.

A Genève, l'ONU a immédiatement félicité devant la presse le Premier ministre éthiopien. Le secrétaire général Antonio Guterres avait rencontré celui-ci dans le cadre de la normalisation avec l'Erythrée.

Fils de modestes villageois devenu espion en chef, le premier ministre éthiopien Abiy Ahmed est le pur produit du régime. Il a initié de profonds changements en Ethiopie, suscitant espoirs et inimitiés.

Depuis qu'il a pris les rênes du pays en avril 2018, le quadragénaire a secoué jusque dans ses fondations un régime ankylosé par plus de 25 ans d'exercice autoritaire du pouvoir et pesé sur les dynamiques de la Corne de l'Afrique.

Six mois à peine après son investiture, Abiy Ahmed, 43 ans, avait conclu la paix avec son voisin érythréen, fait relâcher des milliers de dissidents, s'était publiquement excusé des violences des forces de sécurité et avait accueilli à bras ouverts les membres de groupes exilés qualifiés de « terroristes » par ses prédécesseurs.


Situation délicate

Plus récemment, il a développé son programme d'ouverture d'une économie largement contrôlée par l'Etat. Il pèse désormais de tout son poids pour que les élections législatives, qu'il promet inclusives, se tiennent en mai 2020.

Ce faisant, mettent en garde des analystes, le jeune dirigeant s'est placé dans une situation délicate: ses mesures phares sont trop radicales et trop soudaines pour la vieille garde de l'ancien régime et pas assez ambitieuses et rapides pour une jeunesse avide de changement et de perspectives d'avenir.

Son ouverture a également libéré des ambitions territoriales locales et d'anciens différends intercommunautaires qui ont débouché sur des violences meurtrières dans de nombreuses régions du pays.

Les soutiens de M. Abiy, eux, font confiance en son inépuisable ambition personnelle pour faire avancer le pays. /ATS-gtr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus