Le soldat russe jugé pour crime de guerre a plaidé coupable

Le premier procès d'un soldat russe jugé pour crime de guerre depuis l'entrée des troupes de ...
Le soldat russe jugé pour crime de guerre a plaidé coupable

Le premier procès d'un soldat russe jugé pour crime de guerre depuis l'entrée des troupes de Moscou sur le territoire ukrainien s'est ouvert mercredi à Kiev. Le militaire accusé d'avoir abattu un civil a plaidé coupable

Un soldat russe a plaidé coupable. (Photo : illustration). Un soldat russe a plaidé coupable. (Photo : illustration).

« La séance est ouverte », a déclaré la juge peu après l'arrivée en début d'après-midi dans la salle d'audience de Vadim Chichimarine, 21 ans, qui risque la prison à perpétuité pour crime de guerre et meurtre avec préméditation.

Ce sergent originaire d'Irkoutsk, en Sibérie, a répondu « oui » au juge qui lui demandait s'il reconnaissait les faits « sans réserve », et a plaidé coupable.

Il est accusé d'avoir abattu un civil de 62 ans le 28 février dans le nord-est de l'Ukraine.

Vêtu d'un sweat-shirt bleu et kaki à capuche, le crâne rasé, le sous-officier au visage poupin se tenait seul dans son box vitré, sa traductrice penchée devant lui dans une petite salle du tribunal du district de Solomiansky, à Kiev.

Mort sur le coup

Selon l'accusation, le sergent Vadim Chichimarine commandait une petite unité au sein d'une division de chars quand son convoi a été attaqué. Avec quatre autres militaires, il avait alors volé une voiture.

Alors qu'ils circulaient près du village de Choupakhivka, dans la région de Soumy (nord-est), ils avaient croisé un homme de 62 ans, qui poussait son vélo tout en téléphonant.

« L'un des militaires a ordonné à l'accusé de tuer le civil afin qu'il ne les dénonce pas », selon la justice ukrainienne, qui précise que l'homme était « mort sur le coup », à quelques dizaines de mètres de son domicile.

Début mai, les autorités ukrainiennes avaient annoncé son arrestation sans donner de détail, tout en publiant une vidéo dans laquelle Vadim Chichimarine disait être venu combattre en Ukraine pour « soutenir financièrement sa mère ». /ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes