L'ONU dénonce la menace « de la discrimination et du racisme »

Dans un plaidoyer passionné, le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme a dénoncé 'la ...
L'ONU dénonce la menace « de la discrimination et du racisme »

L'ONU dénonce la menace

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Dans un plaidoyer passionné, le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme a dénoncé 'la menace virulente de la discrimination et du racisme'. Il a évoqué les violences faites aux femmes, aux personnes d'ascendance africaine, LGBTIQ+ et autres minorités.

'La discrimination et le racisme sont des menaces virulentes, tant pour la dignité humaine que pour nos relations en tant qu'êtres humains', a dénoncé Volker Türk, lors de son premier grand discours général devant le Conseil des droits de l'homme, depuis qu'il a pris son poste.

'Ils donnent des armes au mépris. Ils humilient et violent les droits de l'homme, alimentant les griefs et le désespoir et faisant obstacle au développement', a souligné M. Türk, lors du traditionnel survol des atteintes les plus flagrantes aux droits de l'homme dans le monde.

Mais à côté des habituels suspects - les pays totalitaires ou autoritaires, les zones de conflits, les victimes du changement climatique - il a aussi dénoncé les excès des réseaux sociaux, de l'internet et de l'intelligence artificielle. L'un de ses chevaux de bataille.

Ainsi, à la veille de la Journée internationale des femmes, M. Türk s'est dit 'profondément choqué par le mépris des femmes et de l'égalité des femmes, qui est engendré sur internet par certains soi-disant 'influenceurs''. Il les accuse d'attiser la violence sexiste et 'la marchandisation généralisée des femmes'.

La discrimination à l'égard des femmes et des filles en est 'l'une des violations des droits humains les plus graves dans le monde, et son démantèlement sera l'un des principaux axes de notre travail', a promis M. Türk.

Il a dénoncé l'Afghanistan où les talibans ont privé les femmes de la plupart des droits humains et l'Iran, où les manifestants réclament plus de droits pour les femmes, parfois au prix de leur vie. Il a salué le Sierra Leone et l'Espagne pour les progrès en matière de droits des femmes.

Racisme policier

M. Turk a dénoncé les provocations délibérées envers les minorités - comme ce Coran brûlé en Suède par un militant d'extrême droite - qui 'visent à créer des divisions entre les communautés. C'est profondément dangereux'.

Il s'est attardé sur 'les violences disproportionnées exercées par des policiers envers les personnes d'ascendance africaine', selon lui un 'exemple du préjudice structurel profondément enraciné dans la discrimination raciale'.

Et de citer les critiques récentes de ses services envers la France, le Royaume-Uni, l'Irlande et l'Australie, mais surtout le Brésil où le nombre de personnes blanches tuées par la police a chuté de 31% en 2021, mais où celui des personnes d'ascendance africaine a au contraire grimpé de 6%.

Aux Etats-Unis, 'les personnes d'ascendance africaine seraient presque trois fois plus susceptibles d'être tuées par la police que les personnes 'blanches'', rappelle-t-il. Et il note -pour en souligner le caractère exceptionnel- que les policiers qui ont tué Tyre Nichols, ont été poursuivies immédiatement.

'Mais même les actions les plus fermes au sein des forces de l'ordre ne réussiront pleinement que si de nouvelles mesures concrètes sont prises pour lutter contre le racisme et les structures qui le perpétuent dans nos sociétés', a-t-il reconnu.

Anti-LGBTIQ+

Il a dit aussi sa préoccupation devant ' l'agitation croissante contre les droits des personnes LGBTIQ+ dans de nombreux pays, principalement et récemment en Afrique de l'Est'. Il pointe du doigt 'la rhétorique des politiciens qui incite à la haine', ainsi que la répression des organisations LGBTIQ+.

'La semaine dernière, un projet de loi très troublant 'anti-homosexualité' a été déposé au Parlement ougandais, tandis qu'au Burundi, 24 personnes ont été arrêtées dans le cadre d'une répression, dont beaucoup participaient à l'éducation sur le sida', rappelle M. Türk.

En Russie, il a aussi dénoncé l'extension de la législation interdisant la 'propagande des relations non traditionnelles' aux informations sur la sexualité LGBTIQ +, ainsi que sur la transition de genre.

'Il est impensable que nous soyons confrontés à un tel sectarisme, à des préjugés et à une telle discrimination au 21e siècle, freinant le développement de tous les membres de la société', a-t-il insisté.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus