Arrestation: Trump accusé d'avoir « créé une fausse attente »

En annonçant le 18 mars qu'il serait inculpé et arrêté trois jours plus tard par la justice ...
Arrestation: Trump accusé d'avoir « créé une fausse attente »

Trump probablement ni inculpé ni

Photo: KEYSTONE/AP/Alex Brandon

Donald Trump ne sera probablement ni inculpé ni 'arrêté' cette semaine à New York comme il l'avait annoncé samedi. Le procureur en charge de l'enquête l'a accusé d'avoir 'créé une fausse attente' médiatique sur une affaire aux conséquences politiques imprévisibles.

Le milliardaire républicain de 76 ans, qui rêve de 'reconquérir' la Maison Blanche en novembre 2024, doit répondre, devant la justice de l'Etat de New York et son procureur pour la juridiction de Manhattan Alvin Bragg, d'une affaire de paiement de 130'000 dollars, juste avant sa victoire à la présidentielle de 2016, à l'actrice de films X Stormy Daniels, avec qui il aurait eu une liaison.

Donald Trump a réussi, samedi 18 mars au matin, un coup d'éclat en assurant sur son réseau social Truth Social qu'il serait 'arrêté' mardi dans le cadre d'une inculpation au pénal par le procureur Bragg. Mais il ne s'est rien passé.

Cela n'a pas empêché New York - sa police, sa justice et la presse - d'être suspendue toute la semaine aux hypothétiques comparution, inculpation et même brève 'arrestation' du 45e président américain. Ce qui serait sans précédent aux Etats-Unis.

Coup de tonnerre

La procureur Bragg, un élu démocrate à la tête du parquet de Manhattan depuis 2022 et qui a hérité de l'affaire Stormy Daniels, était resté mutique depuis samedi.

Mais dans une lettre datée de jeudi et adressée à trois parlementaires républicains, les services du procureur se plaignent du coup de tonnerre médiatique et politique qu'a provoqué M. Trump samedi.

Dans ce courrier consulté par l'AFP, le parquet de Manhattan répond aussi à ces trois élus de la Chambre des représentants qui avaient sommé, dans une lettre du 20 mars révélée par la presse à Washington, le procureur Bragg de témoigner devant une commission du Congrès.

Ils accusent le magistrat classé à gauche de mener des 'poursuites aux motivations politiques'. 'Votre lettre', rétorque la secrétaire générale de M. Bragg, Leslie Dubeck, 'est une ingérence sans précédent dans une enquête locale en cours'.

Et elle 'n'est venue qu'après que Donald Trump a créé une fausse attente sur le fait qu'il serait arrêté le jour suivant, et après que ses avocats vous ont apparemment pressé d'intervenir'.

'Aucun fait n'offre de fondement légitime à une enquête du Congrès', balaie-t-elle.

Inculpation repoussée

D'après plusieurs médias, dont le Washington Post, la justice new-yorkaise a encore repoussé, jusqu'à la semaine prochaine, l'éventuelle inculpation pénale de Donald Trump.

Cette décision doit être votée par un grand jury, un panel de citoyens aux larges pouvoirs d'enquête qui travaille avec le procureur, lequel doit suivre s'y conformer et formellement inculper.

Ce grand jury pourrait encore se réunir jeudi après-midi, dernier jour de la semaine judiciaire, mais sans se prononcer sur l'affaire Trump/Stormy Daniels, selon la presse locale.

Même inculpé, M. Trump ne serait de toute façon pas 'arrêté' dans l'immédiat. Il faudrait attendre plusieurs jours pour qu'il comparaisse à Manhattan, dans ce qui serait sans doute une indescriptible pagaille médiatique et politique.

Toute la semaine, les autorités à New York ont fait installer des barrières métalliques devant le palais de justice et la Trump Tower de Manhattan. Pour prévenir tout risque d'affrontements dans une ville à l'histoire émaillée de violences, la police municipale (NYPD) a dopé 'la présence de policiers en tenue'.

6 janvier 2021

M. Trump avait appelé samedi ses partisans à 'manifester', rappelant ce qu'il avait fait en décembre 2020 et le 6 janvier 2021, jour de l'assaut de ses supporteurs contre le Capitole à Washington, pour contester sans preuve une présidentielle 'volée', selon lui, par le démocrate Joe Biden.

Mais il n'y a eu cette semaine que quelques dizaines de manifestants devant le palais de justice et la Trump Tower de New York, et, devant chez Donald Trump, à Palm Beach en Floride.

Sur le fond, l'affaire Stormy Daniels est juridiquement complexe.

La justice cherche à déterminer si M. Trump s'est rendu coupable de fausses déclarations, une infraction, ou de manquement aux lois sur le financement électoral, un délit pénal, en ayant versé de l'argent à cette actrice de films pornographiques, juste avant la présidentielle de novembre 2016, que le républicain avait remportée.

Dans quel but? Pour qu'elle taise une supposée relation extraconjugale dix ans plus tôt, selon l'accusation.

L'homme clé du dossier s'appelle Michael Cohen: il est l'ancien avocat et désormais ennemi de M. Trump, et avait payé Stormy Daniels. Il a témoigné devant le grand jury et l'actrice a aussi coopéré avec la justice.

/ATS
 

Actualités suivantes