Attaque-suicide contre un consulat allemand en Afghanistan

Le consulat allemand de Mazar-i-Sharif, dans le nord de l'Afghanistan, a été visé jeudi soir ...
Attaque-suicide contre un consulat allemand en Afghanistan

Attaque-suicide contre un consulat allemand en Afghanistan

Photo: Keystone

Le consulat allemand de Mazar-i-Sharif, dans le nord de l'Afghanistan, a été visé jeudi soir par un attentat de forte puissance au camion-suicide. L'attaque, qui a fait au moins deux morts, a été revendiquée par les talibans.

L'explosion a été entendue dans toute la ville. Elle a fait au moins deux morts et une centaine de blessés dont dix enfants. Certains sont grièvement atteints, selon un bilan fourni dans la nuit par le responsable de l'hôpital régional, le Dr Noor Mohammad. Ils ont été répartis dans deux hôpitaux.

Le responsable de la police locale Sayed Kamal Sadat a indiqué avoir envoyé des renforts pour obtenir davantage d'informations. Les ambulances se précipitaient sur place toute sirènes hurlantes.

Les responsables allemands à Kaboul joints par l'AFP se sont refusés à tout commentaire. Mais une source diplomatique à Berlin a annoncé que le ministre allemand des affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier avait convoqué une réunion de crise à son cabinet à 22h30.

Un responsable militaire a précisé que l'attentat avait eu lieu peu après 23h00 locales (20h30).

Revendication des talibans

Le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid a revendiqué 'l'opération martyr' dans un communiqué. Il a affirmé qu'elle a été conduite 'en représailles' aux frappes aériennes américaines du 3 novembre sur Kunduz (nord-est).

Zabihullah Mujahid a aussi déclaré que des 'assaillants' avaient pu pénétrer à l'intérieur du bâtiment pour y poursuivre l'attaque. Mais cela n'a pas été confirmé de sources indépendantes, même si des habitants voisins du consulat faisaient état d'échanges de tirs sur les réseaux sociaux.

La zone a été entièrement ceinturée par les forces de l'ordre et des hélicoptères survolaient le centre-ville et le quartier abritant le consulat, a constaté le correspondant de l'AFP. Ce dernier a également entendu quelques tirs.

Selon lui, le souffle de l'explosion, par sa violence, a brisé toutes les vitres 'dans un rayon de plusieurs kilomètres' et réveillé les habitants qu'il a entendu pleurer et hurler de frayeur. La plupart des blessés l'ont d'ailleurs été par des éclats de vitres brisées, selon le Dr Fayez.

Certains habitants ont également rapporté avoir entendu une seconde explosion mais celle-ci a été démentie par les autorités.

Bavure

Selon l'ONU, les raids du 3 novembre ont tué au moins 32 civils, blessés 19 autres, dont de nombreux femmes et enfants et détruit 22 maisons.

Cette nouvelle bavure des forces américaines déployées sous mandat de l'Otan dans le cadre de l'opération Resolute Support a provoqué des manifestations de colère parmi la population. L'armée américaine a reconnu que ses frappes avaient 'très probablement' fait des victimes civiles et exprimé 'ses regrets'.

La Mission des Nations unies en Afghanistan (Manua) a annoncé qu'elle avait lancé sa propre enquête.

Victimes collatérales

Mazar-i-Sharif, où la Bundeswehr était déployée jusqu'à la fin 2014, est considérée comme l'une des grandes villes les plus paisibles du pays en proie aux offensives répétées des talibans. Mais elle abrite également l'une des trois principales bases des forces aériennes afghanes actuellement en cours de reconstitution avec l'aide de l'Otan. Des instructeurs allemands s'y trouvaient au moins encore le mois dernier.

Les forces aériennes, américaines et afghanes, sont régulièrement sollicitées pour appuyer les opérations des forces afghanes au sol contre les insurgés talibans et ceux du groupe Etat islamique dans l'est. Mais l'ONU a récemment dénoncé la très forte augmentation (+72% en un an) des victimes collatérales de ces frappes.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes