Attentat de Berlin: la Tunisie arrête trois personnes liées à l'auteur présumé

Trois djihadistes présumés liés au suspect tunisien de l'attentat de Berlin Anis Amr ont été ...
Attentat de Berlin: la Tunisie arrête trois personnes liées à l'auteur présumé

Attentat de Berlin: la Tunisie arrête trois personnes liées à l'auteur présumé

Photo: Keystone

Trois djihadistes présumés liés au suspect tunisien de l'attentat de Berlin Anis Amr ont été arrêtés vendredi, a annoncé samedi le ministère tunisien de l'Intérieur sans toutefois mentionner s'ils ont un lien avec l'attaque. Son neveu figure parmi eux.

Selon un communiqué, ces trois suspects sont membres d'une 'cellule terroriste (...) liée au terroriste Anis Amri qui a commis l'attaque de Berlin' et et a été abattu vendredi près de Milan par la police italienne.

'Le neveu a avoué qu'il était en contact avec son oncle à travers l'application cryptée Telegram pour échapper à la surveillance policière', a précisé le ministère. Il a ajouté qu'il avait fait allégeance au groupe Etat islamique (EI) dans une vidéo envoyée à Anis Amri.

Le neveu, présenté comme le fils de la soeur de Anis Amri, a également avoué que ce dernier lui avait 'envoyé des sommes d'argent' par voie postale sous une fausse identité pour l'aider à le rejoindre en Allemagne, selon le ministère.

'Emir'

Le neveu a aussi affirmé que son oncle était 'l'émir' d'un groupe djihadiste basé en Allemagne et connu comme la brigade 'Abou al-Walaa'.

Les trois personnes arrêtées ont entre 18 et 27 ans et la 'cellule terroriste' à laquelle ils appartiennent est active entre Fouchana, au sud de Tunis, et Oueslatia, ville de la famille Amri dans le centre du pays, a précisé le ministère.

Anis Amri, 24 ans, avait fait allégeance à l'EI selon une vidéo diffusée par l'agence de propagande de l'EI.

Il a été tué dans la nuit de jeudi à vendredi lors d'un contrôle policier 'par hasard' à Milan, mettant fin à quatre jours de chasse à l'homme à travers l'Europe. Il est accusé d'avoir tué douze personnes et blessé des dizaines d'autres lundi à Berlin sur un marché de Noël.

Complices recherchés

Les autorités allemandes cherchent d'éventuels complices qui pourraient l'avoir aidé à gagner l'Italie malgré toutes les polices du pays à ses trousses.

'Le danger terroriste demeure', a prévenu la chancelière Angela Merkel. 'Pour nous maintenant, il est d'une grande importance de déterminer si dans la préparation et l'exécution' de l'attentat du marché de Noël 'et la fuite du suspect, il y a eu un réseau de soutien, un réseau d'aide, des complices ou des personnes', a indiqué vendredi le chef du parquet anti-terroriste, Peter Frank.

Des 'centaines' d'enquêteurs vont continuer à travailler sur ce dossier pendant les fêtes de fin d'année, a indiqué le chef de la police judiciaire allemande, Holger Münch. Les autorités allemandes doivent à présent s'atteler à rassurer une opinion inquiète après l'attentat qui a aussi révélé des failles importantes dans le dispositif anti-terroriste du pays.

Dans ce contexte, le président allemand Joachim Gauck a appelé dans son message de Noël diffusé samedi à ne pas céder 'à la peur'. 'Précisément en période d'attentats terroristes nous ne devrions pas creuser davantage de divisions dans notre société', ni 'condamner de manière générale un groupe de personne', a-t-il dit, dans une allusion aux réfugiés.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes