Blinken exhorte Lavrov à retirer les troupes russes de la frontière

Les Etats-Unis ont reconnu mardi avoir échoué à obtenir l'engagement de la Russie en faveur ...
Blinken exhorte Lavrov à retirer les troupes russes de la frontière

Ukraine: Poutine

Photo: KEYSTONE/AP/Vadim Ghirda

Le président russe a accusé mardi les Etats-Unis d'ignorer ses préoccupations et d'user de l'Ukraine pour endiguer la Russie. Il a toutefois aussi assuré espérer 'une solution' à la crise russo-occidentale qui menace de dégénérer en conflit armé.

Vladimir Poutine s'exprimait pour la première fois publiquement depuis des semaines sur le sujet, peu après un entretien téléphonique entre les chefs des diplomaties russe et américaine qui ont constaté leur profond désaccord sur le dossier ukrainien, mais ont semblé vouloir poursuivre leur dialogue.

'Le principal objectif des Etats-Unis est l'endiguement de la Russie et l'Ukraine est (leur) instrument pour nous entraîner dans un conflit armé et nous frapper des sanctions les plus dures', a accusé le maître du Kremlin.

'J'espère qu'au final nous trouverons une solution, même si ce n'est pas facile', a-t-il dit, recevant le premier ministre hongrois Viktor Orban, un allié, bien que son pays soit membre de l'Union européenne et de l'Otan. Ce dernier a jugé 'surmontables' les divergences entre les deux camps.

Retrait à nouveau exigé

Le président russe n'a fait aucune mention des dizaines de milliers de soldats déployés aux portes du territoire ukrainien depuis des semaines et qui laissent penser au monde occidental à une possible nouvelle attaque de la Russie contre son voisin, après celle de 2014.

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a quant à lui exhorté son homologue Sergueï Lavrov à 'une désescalade immédiate' en demandant un 'retrait' de ces troupes et en avertissant de sanctions 'rapides et sévères' en cas d'offensive.

Pour la Russie, le nerf de la guerre est autre: elle réclame la fin de la politique d'élargissement de l'Otan, ainsi que le retrait d'Europe de l'Est de ses capacités militaires.

Ces exigences russes ont été rejetées et Moscou a jugé 'secondaires' les négociations sur d'autres sujets proposés par Washington, comme sur les limites au déploiement de missiles ou aux manoeuvres militaires. La Russie prépare actuellement une réponse officielle à ces propositions.

Scénario catastrophe

M. Poutine a pour sa part défendu sa position en dressant un scénario catastrophe dans lequel une Ukraine membre de l'Otan tenterait de reprendre par la force la Crimée que la Russie a annexée en 2014, déclenchant un conflit entre Moscou et l'Alliance atlantique.

'Imaginez vous, l'Ukraine membre de l'Otan qui lancerait une opération militaire en Crimée, un territoire souverain russe', a-t-il dit, 'et nous quoi? On ferait la guerre à l'Otan?'.

Faisant écho à son ministre des Affaires étrangères, il a opposé le principe selon lequel 'personne ne doit renforcer sa sécurité aux dépens des autres' quand les Occidentaux insistent de leur côté sur le droit de l'Ukraine à choisir ses alliances.

Porte laissée ouverte

Malgré ces profondes divergences, le chef de la diplomatie américaine a dit vouloir 'poursuivre un échange substantiel avec la Russie sur les inquiétudes de sécurité mutuelles'.

'Antony Blinken était d'accord (sur le fait) qu'il y a des raisons de poursuivre le dialogue' sur le thème de la sécurité de la Russie, a aussi semblé se réjouir Sergueï Lavrov. 'On verra comment ça se passe', a-t-il glissé.

Autre signe du soutien occidental à l'Ukraine, le premier ministre britannique était mardi à Kiev, comme son homologue polonais Mateusz Morawiecki.

Boris Johnson y a jugé 'vital que la Russie recule et choisisse la voie de la diplomatie', mettant en exergue le 'danger clair' et 'imminent' d'une attaque russe, alors que l'Ukraine juge ce risque moins élevé et est soucieuse d'éviter de créer une panique.

Pas de 'retraite' russe

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'était en tout cas réjoui dans la matinée de l'ampleur de l'appui diplomatique et militaire de ses alliés, 'le plus important' depuis l'annexion de la péninsule de Crimée.

Pour dissuader Moscou de toute agression, les Occidentaux ont accéléré leurs préparatifs de sanctions économiques, applicables selon Boris Johnson 'au moment même où le premier orteil russe' passera la frontière selon Boris Johnson.

Les Etats-Unis comme le Royaume-Uni, qui est l'un des terrains d'investissement favoris des grandes fortunes russes, ont dit lundi vouloir frapper au portefeuille des proches du Kremlin.

Les milliardaires russes risqueront le gel de leurs avoirs au Royaume-Uni, l'impossibilité d'entrer sur son territoire ou encore d'y effectuer des transactions.

'Nous n'allons pas battre en retraite et nous tenir au garde-à-vous en écoutant les menaces de sanctions américaines', a répliqué mardi l'ambassade de Russie à Washington.

Moscou privilégie depuis le début de cette crise des contacts directs avec Washington, mais les Européens s'efforcent de rester dans le jeu. Le chef du gouvernement italien Mario Draghi a appelé Vladimir Poutine à une 'désescalade'. Le président russe prépare une rencontre avec son homologue français Emmanuel Macron.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus