Des milliers de Catalans dans la rue après des arrestations

Des milliers de Catalans ont manifesté mercredi après l'arrestation de quatorze membres du ...
Des milliers de Catalans dans la rue après des arrestations

Des milliers de Catalans dans la rue après des arrestations

Photo: Keystone

Des milliers de Catalans ont manifesté mercredi après l'arrestation de quatorze membres du gouvernement de cette région d'Espagne, qui veut organiser un référendum d'autodétermination. Le président séparatiste catalan accuse Madrid d'avoir imposé l'état d'urgence.

Vers 19h00, près de 10'000 personnes étaient rassemblées dans le centre de Barcelone pour protester contre les arrestations annoncées le matin. Et certaines assuraient être prêtes à rester encore des heures, quitte à dormir sur place.

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a appelé les dirigeants indépendantistes de Catalogne à 'renoncer à l'escalade' alors que des milliers de Catalans manifestaient pour réclamer un referendum d'autodétermination.

'Renoncez une fois pour toute à cette escalade de radicalisme et de désobéissance', a lancé M. Rajoy lors d'une intervention télévisée. 'Il est encore temps d'éviter de plus grands maux', a-t-il averti après que 14 cadres du gouvernement régional catalan ont été arrêtés, provoquant des manifestations de rue contre le gouvernement espagnol et la police

Un porte-parole du ministère espagnol de l'Intérieur a confirmé que 14 arrestations avaient eu lieu, essentiellement des hauts responsables du gouvernement de Catalogne. Plus d'une vingtaine de perquisitions - dont certaines se poursuivaient dans la soirée - ont aussi été enclenchées sur ordre d'un juge.

Plus de 9,8 millions de bulletins de vote ont été saisis dans un entrepôt de la zone industrielle de Bigues, à 45 km au nord de Barcelone, a précisé le ministère dans un communiqué. La Garde civile a également saisi du matériel électoral, notamment des formulaires pour la constitution des bureaux de vote et d'autres pour enregistrer les votants. Elle est encore en train de les décompter.

Ces perquisitions et arrestations interviennent alors que les opérations de police se sont intensifiées ces derniers jours. Les saisies de matériel électoral se sont multipliées, notamment des affiches et de la propagande électorale.

Avertissement ignoré

Le gouvernement 'a suspendu de facto l'autonomie de la Catalogne et appliqué de facto un état d'urgence', a affirmé le président catalan Carles Puigdemont. Le gouvernement autonome de Catalogne a dénoncé le comportement 'antidémocratique' et 'totalitaire' du pouvoir central après l'arrestation de son secrétaire général de la vice-présidence de Catalogne, Josep María Jové.

On ignore si ces arrestations interviennent uniquement pendant les perquisitions ou seront suivies de gardes à vue. La Cour constitutionnelle avait prévenu par courrier les dirigeants et fonctionnaires catalans qu'ils ne pouvaient pas coopérer à l'organisation du 'scrutin illégal' du 1er octobre.

Mais les indépendantistes, qui avaient adopté le 6 septembre une loi organisant le référendum, ont ignoré l'avertissement. Cette loi prime sur toute autre loi, selon eux. 'Nous avons tous l'obligation de respecter la loi', avait auparavant déclaré à Madrid le chef du gouvernement Mariano Rajoy lors d'une houleuse séance parlementaire où un groupe d'élus catalans a quitté l'hémicycle.

/ATS
 

Actualités suivantes