« Colis suspects » à Hillary Clinton et Barack Obama interceptés

Les autorités étasuniennes ont intercepté deux colis contenant potentiellement des engins explosifs ...
« Colis suspects » à Hillary Clinton et Barack Obama interceptés

Vague de colis piégés contre des personnalités démocrates

Photo: KEYSTONE/EPA/ERIK S. LESSER

Les autorités fédérales américaines ont ouvert des enquêtes mercredi sur une vague de colis piégés adressés à des personnalités démocrates. Barack Obama et Hillary Clinton ont notamment été visés, tout comme la chaîne CNN, favorable à l'opposition à Donald Trump.

'Les actes et les menaces de violence politique de quelque nature que ce soit n'ont pas leur place aux Etats-Unis', a réagi M. Trump depuis la Maison Blanche. 'Dans des moments comme celui-ci, nous devons nous rassembler', a-t-il ajouté. La Maison Blanche a de son côté dénoncé des 'actes terrifiants' et 'ignobles', dont 'les responsables devront répondre devant la justice'.

L'alarme a été donnée dans la matinée lorsque le Secret Service - chargé de la sécurité du président et de personnalités de haut rang, dont les ex-présidents - a annoncé avoir intercepté deux colis contenant 'des engins explosifs potentiels' destinés à l'ancienne secrétaire d'Etat démocrate et à l'ex-président démocrate.

Aucun des colis n'a atteint ses destinataires, dont la vie n'a pas été en danger, a précisé le Secret Service. Selon le New York Times, qui cite un responsable de la police, le colis adressé à Hillary Clinton contenait un engin explosif similaire à celui trouvé lundi dans la boîte aux lettres de la résidence du milliardaire George Soros, grand donateur démocrate.

CNN évacué

Peu après, CNN annonçait avoir évacué ses bureaux new-yorkais à la suite de la découverte d'un colis suspect. La chaîne d'information en continu a souvent été prise pour cible par M. Trump pour sa couverture selon lui favorable aux démocrates et hostile à sa présidence.

Le chef de la police new-yorkaise a confirmé que les forces de l'ordre avaient bien retrouvé chez CNN 'ce qui semble être un engin explosif'. Le colis contenait aussi une 'poudre blanche' en cours d'analyse. L'alerte a été levée.

La chaîne a indiqué que le paquet avait été adressé spécifiquement à John Brennan, ex-directeur de la CIA qui intervient régulièrement sur CNN et s'est montré critique envers l'administration Trump. L'alerte a été levée.

Parlementaires visés

Un autre colis suspect a été adressé à Eric Holder, ancien ministre de la Justice de M. Obama. Livré à une mauvaise adresse, selon CNN, il a été renvoyé à l'adresse de l'expéditeur mentionnée sur le colis, à savoir celle de Debbie Wasserman Schultz, élue démocrate de Floride à la Chambre des représentants. L'immeuble où se trouve sa permanence a été évacué.

En Californie, les locaux de la sénatrice démocrate Kamala Harris à San Diego ont dû être évacués après la découverte dans les environs de colis suspects. Sa porte-parole a précisé que les colis n'étaient pas adressés à Mme Harris, qui a été en première ligne lors des auditions de confirmation du juge Brett Kavanaugh à la Cour suprême.

Le gouverneur démocrate de New York, Andrew Cuomo a par ailleurs révélé qu'un engin explosif avait été envoyé à son bureau.

Personne n'a encore revendiqué l'envoi de ces colis. Mais le responsable du bureau antiterroriste du FBI à New York, Bryan Paarmann, a laissé entendre qu'il s'agissait d'envois coordonnés. 'Il semble qu'un ou plusieurs individus ait envoyé plusieurs colis similaires', a-t-il dit devant la presse.

Condamnations

Le chef républicain du Sénat Mitch McConnell a dénoncé des 'actes de terrorisme intérieur', jugeant de telles actions 'inadmissibles'. Même condamnation de la part du président de la Chambre des représentants Paul Ryan. 'Nous ne tolérerons aucune tentative de terroriser des personnalités publiques', a-t-il écrit sur Twitter. 'Les responsables d'actes aussi répréhensibles doivent être traduits en justice'.

Hillary Clinton a remercié le Secret Service, tout en déplorant la 'période perturbante' que traversent les Etats-Unis. 'C'est (...) une période de divisions profondes et nous devons faire tout ce que nous pouvons pour nous rassembler', a-t-elle déclaré, avant d'appeler à voter pour des candidats 'qui feront cela' le 6 novembre, lors des élections de mi-mandat.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus