Didier Burkhalter veut une OSCE à même de résoudre les conflits

Didier Burkhalter veut une OSCE à même de résoudre les conflits

Photo: Keystone

'Nous avons été capables de gérer des conflits, mais nous n'avons pas réussi à aider les parties à les résoudre', a constaté jeudi Didier Burkhalter lors d'une réunion de l'OSCE. Le conseiller fédéral a lancé plusieurs pistes 'pour réellement surmonter les crises'.

Au niveau opérationnel, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) 'doit conserver son pragmatisme efficace mais augmenter son professionnalisme', a jugé lors d'un discours prononcé à Berlin devant ses homologues le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

Le Neuchâtelois a illustré ses propos avec trois points concrets. M. Burkhalter veut une clarification du statut juridique de l'OSCE, 'afin d'en faire une véritable organisation internationale'. Aux yeux du conseiller fédéral, l'absence de statut clair soulève des questions en lien avec l'immunité du personnel de l'OSCE. Elle a aussi retardé des opérations de l'organisation.

Second point: il faut donner au Secrétariat de l'OSCE à Vienne davantage de moyens afin qu'il s'acquitte de ses tâches. 'Les capacités d'organisation et de planification de l'OSCE sont trop limitées', a estimé M. Burkhalter, citant par exemple la difficulté de disposer 'immédiatement' de drones de surveillance.

Enfin, le chef de la diplomatie suisse est d'avis qu'il faut accroître les capacités de l'OSCE en matière d'action précoce, même si cela 'dépend (...) de la volonté politique des pays hôtes'. Il est toutefois possible de renforcer la diplomatie préventive en dotant le Secrétariat de l'organisation à Vienne 'd'un meilleur accès à des financements' et à 'de l'expertise pour des missions d'établissements des faits'.

/ATS

01.09.2016 - 15:25
Actualisé le 01.09.2016 - 15:25

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus