Enquête en Colombie sur le chef de la sécurité du président haïtien

Bogota enquête sur plusieurs déplacements en Colombie en 2021 de Dimitri Hérard, le chef de ...
Enquête en Colombie sur le chef de la sécurité du président haïtien

Enquête en Colombie sur le chef de la sécurité du président haïtien

Photo: KEYSTONE/AP/Matias Delacroix

Bogota enquête sur plusieurs déplacements en Colombie en 2021 de Dimitri Hérard, le chef de la sécurité du président haïtien Jovenel Moïse, selon la police colombienne. Le président a été assassiné le 7 juin par un commando dont faisaient partie 21 Colombiens.

M. Hérard s'est rendu à plusieurs reprises en Equateur, au Panama et en République dominicaine, via la Colombie entre janvier et mai 2021, a indiqué en conférence de presse le général Jorge Luis Vargas, directeur de la police colombienne.

'Nous savons qu'il n'a pas seulement fait escale, mais est resté quelques jours en Colombie', a-t-il déclaré. Et d'ajouter que la police colombienne était en train de vérifier à travers lnterpol les activités auxquelles Dimitri Hérard s'est livré dans ces différents pays.

Au total, 21 Colombiens, dont de nombreux anciens militaires, font l'objet d'une investigation dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat du président haïtien, a précisé le général Jorge Luis Vargas. Trois d'entre eux ont été tués par les forces de sécurité haïtiennes et '18 ont été arrêtés, soit un total de 21', a-t-il dit.

Au lendemain de l'assassinat, les autorités haïtiennes ont évoqué un commando de 28 personnes, dont 26 Colombiens et deux Américains d'origine haïtienne.

Coopération

Le gouvernement colombien coopère avec Port-au-Prince pour tenter de faire la lumière sur l'assassinat de M. Moïse. Pour l'heure, dix-sept anciens militaires colombiens ont été identifiés par Bogota, dont 15 ont quitté l'armée entre 2018 et 2020.

Selon les services de renseignements, sur les 21 Colombiens identifiés, 19 ont voyagé avec des 'billets d'avion' achetés avec une carte de crédit de l'entreprise CTU Security, une société de sécurité enregistrée à Miami. 'Ces personnes font partie des 21 Colombiens capturés ou qui sont morts à Haïti, et qui ont voyagé de Bogota à Saint-Domingue', a précisé le général Vargas.

'L'enquête sur l'assassinat du président est aux mains des autorités judiciaires de Haïti, la Colombie coopère judiciairement à sa demande', a-t-il insisté.

Aggravation de la situation

Des membres du FBI, du département d'Etat, du ministère américain de la justice et du département de la sécurité intérieure des Etats Unis sont arrivés dimanche en Haïti et ont rencontré le directeur général de la police nationale.

L'assassinat du président Jovenel Moïse, 53 ans, a déstabilisé encore davantage Haïti, pays de 11 millions d'habitants, déjà en proie à une insécurité extrême et une crise institutionnelle.

Le président américain Joe Biden a appelé lundi les responsables politiques haïtiens à 's'unir'. 'Le peuple de Haïti mérite la paix et la sécurité' et 'les dirigeants politiques doivent s'unir' en ce sens, a-t-il déclaré depuis la Maison Blanche, en marge d'une réunion consacrée aux violences et aux armes à feu aux Etats-Unis.

/ATS
 

Actualités suivantes