Fatah et Hamas s'accordent sur un code de conduite électoral

Le Fatah et le Hamas palestiniens se sont mis d'accord mardi au Caire sur un code de conduite ...
Fatah et Hamas s'accordent sur un code de conduite électoral

Fatah et Hamas s'accordent sur un code de conduite électoral

Photo: KEYSTONE/AP/MUHAMMED MUHEISEN

Le Fatah et le Hamas palestiniens se sont mis d'accord mardi au Caire sur un code de conduite électoral. L'objectif est que les scrutins prévus dans les prochains mois se déroulent avec 'transparence et intégrité'.

Selon une copie obtenue par l'AFP, ce code en 25 points prévoit en particulier la 'pénalisation et l'interdiction d'utiliser des armes (...) pendant les activités électorales'. Des élections législatives et présidentielle, les premières en quinze ans, ont été fixées respectivement au 22 mai et au 31 juillet dans les Territoires palestiniens.

Les mouvements palestiniens - dont le Hamas et le Fatah - se sont engagés en février en Egypte à mettre sur pied un Tribunal électoral indépendant pour trancher de possibles griefs et faire respecter les résultats, afin d'éviter un scénario comme celui des législatives de 2006.

Les laïcs du Fatah et les islamistes du Hamas - considéré comme une organisation terroriste par de nombreux pays occidentaux dont les Etats-Unis - s'étaient alors affrontés après des différends sur les résultats des élections, entraînant une partition du pouvoir entre la Cisjordanie occupée, où siège l'Autorité palestinienne contrôlée par le Fatah, et la bande de Gaza, sous contrôle du Hamas.

Les factions palestiniennes se sont aussi entendues en février pour tenir les élections en Cisjordanie, où vivent 2,8 millions de Palestiniens, et dans la bande de Gaza, enclave paupérisée de deux millions d'habitants sous blocus israélien depuis 2007, mais aussi à Jérusalem-Est, partie de la ville occupée et annexée par Israël.

Dans la bande Gaza et en Cisjordanie, 'seule la police palestinienne', et donc aucun autre mouvement armé, pourra protéger les bureaux de vote, précisait notamment le communiqué diffusé en février.

/ATS