Gaza: appels à une enquête après une distribution d'aide meurtrière

La communauté internationale a souligné l'urgence d'un cessez-le-feu humanitaire et réclamé ...
Gaza: appels à une enquête après une distribution d'aide meurtrière

Gaza: appels à une enquête après une distribution d'aide meurtrière

Photo: KEYSTONE/AP/Adel Hana

La communauté internationale a souligné l'urgence d'un cessez-le-feu humanitaire et réclamé une enquête après des tirs israéliens sur des civils palestiniens pendant une distribution d'aide jeudi à Gaza. Plus de 110 personnes sont mortes, selon le Hamas.

Le président américain Joe Biden a annoncé que les Etats-Unis allaient participer 'dans les prochains jours' à des largages d'aide humanitaire sur la bande de Gaza, assiégée par Israël depuis le début de la guerre contre le Hamas il y a presque cinq mois.

Selon l'ONU, 2,2 millions de personnes, soit l'immense majorité de la population, sont menacées de famine à Gaza, en particulier dans le nord où les destructions, les combats et les pillages rendent presque impossible l'acheminement de l'aide.

Famine 'quasiment inévitable'

Les cargaisons, soumises au feu vert d'Israël qui impose un blocus à la bande de Gaza depuis que le mouvement islamiste y a pris le pouvoir en 2007, n'arrivent qu'en quantité très limitée, principalement depuis l'Egypte via Rafah.

Une famine 'est quasiment inévitable, si rien ne change', a de nouveau averti vendredi le porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), Jens Laerke. 'Nous allons insister auprès d'Israël pour qu'il facilite l'entrée de davantage de camions et qu'il augmente les voies d'accès à Gaza (...). Il n'y a vraiment pas assez d'aide qui arrive à Gaza', a déclaré pour sa part Joe Biden.

Plusieurs pays ont déjà largué des cargaisons d'aide, dont la Jordanie avec le soutien de plusieurs pays dont la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, ainsi que l'Egypte qui a fait décoller plusieurs avions jeudi en coopération avec les Emirats arabes unis.

La guerre et les pénuries ont notamment mis à genoux le système de santé. Le ministère de la Santé du Hamas a affirmé vendredi que quatre enfants étaient morts de 'malnutrition et de déshydratation' à l'hôpital Kamal Adwan, dans le nord de la bande de Gaza.

'Enquête efficace'

Jeudi, des témoins ont affirmé que des soldats israéliens ont tiré sur une foule affamée qui se précipitait vers des camions d'aide humanitaire dans la ville de Gaza, dans le nord. Le bilan est de 115 morts et environ 760 blessés, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Un responsable de l'armée israélienne a confirmé des 'tirs limités' de soldats qui se sentaient 'menacés' et évoqué 'une bousculade durant laquelle des dizaines d'habitants ont été tués et blessés, certains renversés par les camions d'aide'.

Principal allié d'Israël, Washington a exigé des 'réponses' du gouvernement de Benjamin Netanyahu après la tragédie et plaidé pour 'un accord sur un cessez-le-feu temporaire'. L'Union européenne a appelé à une enquête et à un cessez-le-feu humanitaire tandis que le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a demandé 'une enquête indépendante efficace'.

En référence à ce même événement, la Suisse a indiqué être 'profondément préoccupée par le nombre très élevé de victimes civiles'. 'De telles scènes sont inacceptables, des éclaircissements sont essentiels', a indiqué vendredi le Département fédéral des affaires étrangères.

Une équipe de l'ONU, qui a rendu visite à des blessés vendredi à l'hôpital al-Chifa, à Gaza-ville, a constaté 'un grand nombre de blessures par balles', a déclaré le porte-parole de M. Guterres, Stéphane Dujarric. Il a ajouté que 200 blessés se trouvaient toujours dans cet hôpital sur plus de 700 qui y ont été transportés.

Trêve incertaine

La branche armée du Hamas a affirmé vendredi que sept otages étaient morts au cours des dernières semaines dans des bombardements israéliens. Cette information n'a pas pu être confirmée de source indépendante.

La tragédie de jeudi porte un coup aux efforts des pays médiateurs, qui avaient espéré une trêve pendant le ramadan, qui commence le soir du 10 ou le 11 mars. Le Qatar, les Etats-Unis et l'Egypte tentent depuis des semaines d'arracher aux deux camps un compromis qui rendrait possible une trêve associée à de nouvelles libérations d'otages, mais aucune avancée concrète n'a été annoncée jusqu'à présent.

Le Hamas réclame notamment un cessez-le-feu définitif avant tout accord sur la libération des otages, ainsi que la levée du blocus israélien et l'entrée d'une aide humanitaire accrue.

Israël répète de son côté qu'une trêve devrait être accompagnée de la libération de tous les otages et ne signifierait pas la fin de la guerre, promettant que celle-ci se poursuivra jusqu'à l'élimination totale du Hamas.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus