Guaido défie Maduro avec l'aide humanitaire internationale au Venezuela

L'opposant vénézuélien Juan Guaido défie le chef de l'Etat en organisant l'arrivée d'une aide ...
Guaido défie Maduro avec l'aide humanitaire internationale au Venezuela

Guaido défie Maduro avec l'aide humanitaire internationale au Venezuela

Photo: KEYSTONE/EPA EFE/MIGUEL GUTIERREZ

L'opposant vénézuélien Juan Guaido défie le chef de l'Etat en organisant l'arrivée d'une aide humanitaire internationale aux frontières du Venezuela. Cette opération est vue comme le 'prétexte' à une intervention militaire par Nicolas Maduro.

Mardi à Caracas, le Parlement, seule institution contrôlée par l'opposition et présidée par M. Guaido, a débattu d'un plan stratégique pour la distribution de la nourriture et des médicaments envoyés vers la Colombie et le Brésil voisins, et une île des Caraïbes, en espérant les faire entrer dans le pays malgré l'opposition du gouvernement.

Le député d'opposition Miguel Pizarro, chef de la commission parlementaire sur l'aide humanitaire, a admis que toute l'attention allait se concentrer sur la façon de faire franchir la frontière à cette aide internationale. Un réseau d'institutions incluant l'Eglise catholique et du personnel médical sera selon lui mis à contribution. La Croix-Rouge vénézuélienne s'est dite prête à distribuer l'aide, mais une fois qu'elle sera au Venezuela.

Le gouvernement 'veut faire croire au monde entier que l'aide humanitaire est le moyen de dissimuler un 'Marine' plié dans un carton pour qu'il puisse prendre le pouvoir par les armes, ce n'est pas de ça qu'il s'agit (...) il s'agit de sauver des vies humaines', a estimé le député.

Deux camions et quatre marmites

'Ici au Venezuela, personne ne va entrer. Pas un soldat envahisseur', a répliqué le président socialiste, qui compte sur le soutien de la Russie, la Chine, la Turquie, Cuba et l'Iran.

'Ils veulent envoyer deux petits camions avec quatre marmites. Le Venezuela n'a pas besoin de demander l'aumône. S'ils veulent aider, qu'ils mettent fin au blocus et aux sanctions', a-t-il ajouté, assurant qu'il ne permettrait pas qu'on 'humilie' le Venezuela avec un 'show d'aide humanitaire'.

M. Maduro accuse Washington d'utiliser Juan Guaido comme un 'pantin' pour le chasser du pouvoir et mettre la main sur le pétrole vénézuélien. Il reproche également aux Européens de soutenir ces 'plans putschistes'.

'Il y a entre 250'000 et 300'000 Vénézuéliens qui risquent de mourir. Cette première contribution est destinée à la population la plus vulnérable', a affirmé de son côté M. Guaido.

Soldats voleurs?

Fort de la reconnaissance de 20 pays de l'UE, outre celle des Etats-Unis, du Canada et d'une douzaine de capitales latino-américaines, le chef de file de l'opposition va demander la protection des comptes bancaires et actifs vénézuéliens à l'étranger. A partir du 28 avril, les Etats-Unis vont interdire aux autres pays et institutions étrangères d'utiliser le système financier américain pour acheter le pétrole vénézuélien.

M. Guaido a d'ailleurs appelé lundi à une nouvelle manifestation, en plus de celle programmée pour le 12 février, sans en préciser la date, pour exiger des militaires qu'ils laissent entrer cette aide dans le pays. Le leader de l'opposition soupçonne l'armée de vouloir 'voler' les lots d'aide pour les redistribuer au nom du gouvernement.

/ATS
 

Actualités suivantes