Guerre en Ukraine: une « répétition » de la Syrie, alerte Amnesty

L'invasion russe en Ukraine est une 'répétition' de la guerre en Syrie, a alerté mardi Amnesty ...
Guerre en Ukraine: une « répétition » de la Syrie, alerte Amnesty

Guerre en Ukraine: une

Photo: KEYSTONE/AP/Denis Farrell

L'invasion russe en Ukraine est une 'répétition' de la guerre en Syrie, a alerté mardi Amnesty international qui dénonce une 'multiplication des crimes de guerre'. L'ONG appelle à abandonner toute position de neutralité vis-à-vis de Moscou.

'Ce qui se passe en Ukraine est la répétition de ce qu'on a pu voir en Syrie', a déclaré à l'AFP la secrétaire générale de l'ONG, Agnès Callamard, lors de la présentation à Johannesburg du rapport 2021-2022 sur la situation des droits humains dans le monde.

'Nous sommes dans des attaques intentionnelles d'infrastructures civiles, d'habitations' et des bombardements d'écoles, a-t-elle fustigé, accusant la Russie de permettre des couloirs humanitaires pour les transformer en 'piège mortel'.

Comparant la ville-martyre de Marioupol (est) à la ville syrienne d'Alep, dévastée par les atrocités du régime de Damas appuyé par Moscou dans une guerre qui dure depuis onze ans, l'organisation dénonce 'une multiplication des crimes de guerre' en Ukraine.

'Il ne peut y avoir de neutralité'

'Nos chercheurs sur place pendant dix jours ont documenté l'emploi des mêmes tactiques qu'en Syrie et Tchétchénie', dont l'attaque de civils et l'emploi de munitions interdites par le droit international, a décrit lors d'une conférence de presse à Paris, Marie Struthers, directrice d'Amnesty Europe de l'Est et Asie centrale.

L''insolence' de la Russie pour lancer cette attaque a été permise par 'un système international à genoux' et l'échec des institutions, dont le conseil de sécurité des Nations unies à gérer de précédentes guerres, estime Mme Callamard, qui a rappelé qu'en temps de pandémie, les conflits ont continué notamment en Ethiopie, Birmanie ou en Afghanistan.

'Face à la Russie, il ne peut pas y avoir de neutralité', a-t-elle martelé en référence aux chefs d'Etat africains. Lors du vote d'une résolution de l'ONU demandant début mars le retrait des forces russes, une vingtaine de pays d'Afrique se sont abstenus.

Une des voix du continent en matière de diplomatie, le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, prêche pour la médiation, adoptant un positionnement 'faible, peu historique et peu visionnaire', regrette Mme Callamard.

'Prétexte'

Après plus de deux ans de pandémie de coronavirus, Amnesty international dénonce par ailleurs dans son rapport les attaques contre les droits de l'homme au prétexte de lutter contre la propagation du virus.

Des Etats se sont servi de la pandémie 'comme prétexte pour réduire encore l'espace civique', affirme l'organisation qui demande la levée urgente de restrictions qui ne sont plus justifiées d'un point de vue sanitaire.

'Aux quatre coins du monde, des États ont empêché et dispersé abusivement des manifestations, parfois sous couvert de la réglementation visant à prévenir la propagation du coronavirus', notamment au Cameroun, en Côte d'Ivoire et au Tchad, rapporte Amnesty.

Les forces de sécurité ont tiré à balles réelles. En Eswatini ou au Soudan du Sud, l'accès à Internet a été coupé pour faire avorter des contestations. Au total, des lois restreignant les libertés d'expression, d'association et de réunion pacifique ont été introduites dans au moins 67 des 154 pays observés. Parmi eux, le Cambodge, l'Égypte, les États-Unis, le Pakistan et la Turquie.

'Hypocrisie'

Le virus a tué plus de six millions de personnes depuis son apparition en Chine fin 2019, selon l'OMS. Avec la vaccination, de nombreux pays abaissent progressivement les mesures sanitaires.

'Sur le plan des droits humains, 2021 aura principalement été une vaste histoire de trahison et d'hypocrisie dans les allées du pouvoir', conclut Amnesty, en référence à l'inégalité vaccinale.

Lorsque le taux de vaccination anti-Covid en Europe dépassait 70%, de nombreux pays du Sud n'avaient pas encore reçu de quoi administrer une première dose à leur population, rappelle l'ONG.

Critiquant vertement 'la vieille et cruelle logique des vies qui comptent et de celles qui ne comptent pas', Mme Callamard décrit une année qui 'a servi d'incubateur à davantage d'inégalités et d'instabilité'.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus