Israël frappe le Liban et Gaza après des tirs de roquettes

Israël a attaqué vendredi avant l'aube le sud du Liban et la bande de Gaza, disant viser des ...
Israël frappe le Liban et Gaza après des tirs de roquettes

Deux Israélo-Britanniques tuées en Cisjordanie occupée

Photo: KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER

Deux Israélo-Britanniques ont été tuées et leur mère grièvement blessée vendredi dans une attaque en Cisjordanie occupée, après des frappes israéliennes contre la bande de Gaza et le sud-Liban, dernier épisode en date d'une brusque montée de tension au Proche-Orient.

Israël a dit avoir visé à Gaza et au Liban des positions du mouvement palestinien Hamas, en riposte aux tirs de dizaines de roquettes contre son territoire.

Cette poussée de fièvre fait suite à l'irruption brutale des forces israéliennes et aux violences mercredi dans le mosquée Al-Aqsa de Jérusalem, troisième lieu saint de l'islam. Les condamnations internationales se sont multipliées et le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a dénoncé un 'crime sans précédent' d'Israël, en plein ramadan.

Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a affirmé que les forces israéliennes avaient été 'contraintes d'agir pour rétablir l'ordre' face à des 'extrémistes' qui s'étaient barricadés dans la mosquée.

Vendredi, deux soeurs originaires de la colonie israélienne d'Efrat et âgées de 16 et 20 ans ont été tuées et leur mère grièvement blessée dans une attaque en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Les soeurs possédaient également la nationalité britannique, a annoncé la diplomatie britannique dans un communiqué appelant 'toutes les parties dans la région à faire baisser les tensions'.

L'armée israélienne a indiqué que leur véhicule avait été la cible de tirs au carrefour de Hamra, dans le nord-est de ce territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

L'attaque survient après des frappes israéliennes à Gaza et au Liban, dans une escalade sans précédent sur le front israélo-libanais depuis 2006.

'Etat d'alerte'

Au Liban, l'armée israélienne a affirmé avoir frappé trois 'infrastructures' du Hamas dans la zone de Rachidiyé, où se trouve un camp de réfugiés palestiniens, près de Tyr.

'Deux obus au moins sont tombés près du camp', a raconté à l'AFP un habitant du camp de Rachidiyé.

Jeudi, jour de la Pâque juive, une trentaine de roquettes avaient été tirées du Liban vers Israël, blessant une personne et causant des dégâts matériels.

L'armée israélienne a affirmé que les tirs, non revendiqués, étaient 'palestiniens', et probablement du Hamas ou du Djihad islamique, autre groupe armé.

Elle a affirmé qu'elle n'autoriserait 'pas l'organisation terroriste Hamas à opérer à partir du Liban et qu'elle (tenait) l'Etat libanais pour responsable de tout tir dirigé (vers Israël) à partir de son territoire.

M. Netanyahu a promis d'en faire 'payer le prix fort' aux 'ennemis' d'Israël.

'Les menaces et intimidations des dirigeants sionistes ne mèneront à rien', a réagi vendredi Naïm Qassem, numéro deux du mouvement chiite Hezbollah, maître de fait du sud du Liban.

'Tout l'axe de résistance est en état d'alerte', a-t-il ajouté, après que son organisation eut apporté son soutien jeudi à 'toutes les mesures' que les groupes palestiniens pourraient prendre contre Israël.

'Les Palestiniens au Sud-Liban ne peuvent pas tirer un coup de fusil sans l'accord du Hezbollah', souligne Fabrice Balanche, analyste de l'Université Lumière Lyon 2.

'En répliquant sur les Palestiniens, Israël ne frappe pas directement le Hezbollah au Liban', ce qui conduirait à une escalade, note-t-il.

Vendredi soir, l'armée israélienne a dit avoir abattu un drone ayant pénétré dans son territoire depuis le Liban, sans davantage de détails.

'Epouvantable'

Israël et le Liban sont techniquement en état de guerre après différents conflits et la ligne de cessez-le-feu est contrôlée par la Force intérimaire des Nations unies (Finul), déployée dans le sud du Liban.

Celle-ci a dit avoir appelé 'toutes les parties à cesser toutes leurs actions'. 'Les deux parties ont dit qu'elles ne voulaient pas de guerre', d'après elle.

L'armée libanaise a annoncé vendredi avoir démantelé, dans le sud du pays, une nouvelle rampe de lancement de roquettes susceptibles d'être tirées sur Israël et le ministère libanais des Affaires étrangères a assuré que le Liban voulait y préserver 'le calme'.

La France a rappelé 'son attachement indéfectible à la sécurité d'Israël et à la stabilité et la souveraineté du Liban', appelant à la désescalade, tout comme la Russie ayant invité à 'mettre fin à la violence'.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanani, a dénoncé les 'actions agressives du régime sioniste'.

Condamnant également 'l'agression israélienne épouvantable' à Gaza et au Liban, le Hamas a prévenu qu'il tenait Israël comme 'entièrement responsable des conséquences'.

L'armée israélienne a indiqué avoir mené plusieurs raids aériens dans la nuit sur Gaza, visant dix cibles, notamment des tunnels, une mitrailleuse lourde et des ateliers de fabrication d'armes appartenant au Hamas, qui y est au pouvoir depuis 2007.

En riposte, plusieurs dizaines de missiles ont été tirés à partir du micro-territoire sous blocus israélien. Un seul a touché une zone urbaine israélienne, Sderot, endommageant une maison, selon l'armée.

Doha, qui a par le passé servi de médiateur entre Israël et le Hamas, 'oeuvre à une désescalade', a déclaré vendredi à l'AFP un responsable qatari, sous couvert d'anonymat.

'L'objectif principal du Qatar est d'empêcher un carnage inutile et d'éviter des conséquences destructrices pour les Palestiniens et les populations civiles', a-t-il dit.

Le ministère de la Santé de Gaza a fait état de 'dégâts' à l'hôpital pédiatrique al-Dorra (dans l'est de la ville de Gaza) à la suite des raids israéliens, condamnant un acte 'inacceptable'. L'armée israélienne a dit examiner ces informations.

/ATS
 

Actualités suivantes