Israël lance une attaque contre l'Iran: « explosions » près d'Ispahan

Israël a lancé une attaque contre l'Iran, ont annoncé des télévisions américaines. La télévision ...
Israël lance une attaque contre l'Iran: « explosions » près d'Ispahan

Explosions dans le centre de l'Iran: réactions prudentes

Photo: KEYSTONE/EPA/ABIR SULTAN

Plusieurs explosions ont été rapportées tôt vendredi dans le centre de l'Iran, de hauts responsables américains faisant état d'une attaque israélienne. La plupart des responsables politiques du monde ont appelé à 'éviter une escalade'.

De hauts responsables américains ont fait état d'une attaque israélienne en représailles aux tirs de drones et de missiles contre Israël le week-end dernier, eux-mêmes consécutifs à une attaque attribuée à Israël contre le consulat iranien à Damas.

L'agence de presse iranienne Tasnim a toutefois indiqué, en citant des 'sources bien informées', qu'il n'y avait 'aucune information faisant état d'une attaque de l'étranger'.

Dans de premières réactions, encore très prudentes, des responsables politiques ont appelé à 'éviter une escalade'.

Israël: ministre accusé

En Israël, le ministre de la Sécurité nationale, faucon du gouvernement de Benjamin Netanyahu, s'est vu accusé de nuire à la stratégie d'Israël face à Téhéran en lui attribuant implicitement la responsabilité des explosions en Iran. Contactés par l'AFP, ni l'armée ni le gouvernement n'ont souhaité commenter les explosions rapportées en Iran.

Partisan de la ligne dure dans la confrontation entre Israël et son ennemi juré, Itamar Ben Gvir, qui est un membre du cabinet de sécurité de M. Netanyahu, a publié sur son compte X un message aussi lapidaire qu'ironique: 'Dardaleh!', adjectif de l'hébreu familier pouvant se traduire par 'nul' ou 'minable'.

Outre qu'il en critique la modération, ce dirigeant d'extrême droite semble accréditer l'hypothèse d'une frappe israélienne.

Washington 'pas impliqué'

Le secrétaire d'Etat Antony Blinken a assuré que les Etats-Unis 'n'ont pas été impliqués dans une opération offensive'.

'Je ne vais pas parler de ces événements rapportés par les médias (...) Tout ce que je peux dire de notre côté et de celui de tous les membres du G7 est que notre objectif est la désescalade', a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion des chefs de la diplomatie du G7.

Les chaînes américaines NBC et CNN, citant respectivement des sources au fait de la question et un responsable américain, ont rapporté qu'Israël avait prévenu Washington à l'avance de la frappe, sans que les Etats-Unis n'approuvent l'opération ni ne participent à son exécution.

'Appel aux Etats qui ont de l'influence'

'Nous exhortons toutes les parties à prendre des mesures de désescalade de la situation et appelons des Etats tiers, en particulier ceux qui ont de l'influence, de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour s'assurer qu'il n'y ait pas de nouvelle détérioration dans une situation déjà extrêmement précaire', a déclaré le porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme Jeremy Laurence

Les chefs de la diplomatie des pays du G7 ont eux appelé 'toutes les parties' à 'empêcher une nouvelle escalade'. 'Le G7 continuera à travailler dans cette direction', ont-ils affirmé dans le communiqué final publié à l'issue de leur réunion.

UE: 's'abstenir de toute nouvelle action'

'Il est absolument nécessaire que la région reste stable et que toutes les parties s'abstiennent de toute nouvelle action', a dit la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors d'un déplacement en Finlande.

'Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que toutes les parties s'abstiennent de toute escalade dans cette région', a-t-elle ajouté.

Le chef de la diplomatie italienne Antonio Tajani, qui préside à Capri une réunion de ses homologues du G7, a lui appelé 'à la prudence et à éviter l'escalade'. 'Le G7 veut une désescalade absolue dans une région en proie à une grave tension', a-t-il ajouté à la télévision publique RAI.

Pékin veut 'jouer un rôle constructif'

'La Chine s'oppose à toute action susceptible d'entraîner une escalade des tensions et continuera à jouer un rôle constructif pour une désescalade', a assuré un porte-parole de la diplomatie chinoise, Lin Jian.

Oman, pays du Golfe qui a longtemps joué les médiateurs entre Téhéran et les Occidentaux, a pour sa part condamné 'l'attaque israélienne de ce matin contre Ispahan, ainsi que les agressions militaires répétées d'Israël dans la région', a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères sur X.

'L'Iran ne veut pas d'escalade'

'Nous continuons à encourager les parties à la retenue et à s'abstenir de toute action susceptible de provoquer une nouvelle escalade dans une région aussi sensible', a pour sa part estimé le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

'Des contacts ont eu lieu entre les dirigeants de la Russie et de l'Iran, et entre nos représentants et les Israéliens. Nous avons été très clairs lors de ces échanges, nous avons dit aux Israéliens que l'Iran ne veut pas d'escalade', a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans un entretien à des médias russes.

Jordanie: 'arrêter l'agression contre Gaza'

Même son de cloche dans les Emirats. Ceux-ci ont exprimé 'leur profonde inquiétude face à la tension persistante dans la région et ont appelé à ne pas prendre de mesures susceptibles d'exacerber l'escalade', selon un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères.

Nous mettons en garde contre le danger d'escalade régionale. (...) Les représailles israélo-iraniennes doivent s'arrêter', a écrit sur X le ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman Safadi, ajoutant que 'le monde doit continuer à se concentrer sur la façon d'arrêter l'agression catastrophique contre Gaza'.

Le ministère turc des Affaires étrangères met lui en garde contre le risque d'un 'conflit permanent'. Le président Recep Tayyip Erodgan a lui refusé d'attribuer une quelconque responsabilité dans ces explosions.

AIEA: sites nucléaires pas touchés

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) appelle elle dans un message sur X 'chacun à une extrême retenue', signalant qu''aucun dégât' sur des sites nucléaires n'avait été constaté. Elle 'répète que jamais aucune installation nucléaire ne devrait être ciblée lors de conflits militaires'.

/ATS
 

Actualités suivantes