Journée de protestation à Kinshasa, quadrillée par la police

La police et l'armée congolaises ont multiplié les contrôles dimanche à Kinshasa. Elles ont ...
Journée de protestation à Kinshasa, quadrillée par la police

Journée de protestation à Kinshasa, au moins deux morts

Photo: KEYSTONE/AP/FRANK FRANKLIN II

Après avoir dispersé des messes anti-Kabila à coup de gaz lacrymogènes dans des églises à Kinshasa, les forces de police congolaises menaient dimanche des opérations musclées dans ces lieux de culte. Elles ont abattu deux hommes, selon Human Rights Watch.

Les deux hommes ont été tués devant l'église Saint-Alphonse, dans le quartier de Matete, a déclaré la directrice pour l'Afrique centrale de l'ONG, Ida Sawyer. Au moins une dizaine de personnes ont été blessées.

Alors que la capitale congolaise était quadrillée par les forces de sécurité, la police a également interpellé douze enfants de choeur catholiques à la sortie d'une paroisse du centre de Kinshasa. Ceux-ci étaient à la tête d'une 'marche pacifique' anti-Kabila, a constaté l'AFP.

Les autres manifestants qui étaient avec eux sont retournés ensuite dans l'enceinte de la paroisse, entonnant des chants à la Vierge Marie pour 'faire partir Kabila'. Dans plusieurs paroisses, des opérations de police étaient en cours, selon des témoignages recueillis par l'AFP, étouffant ainsi toute tentative de manifestation.

'Si vous résistez, on va tirer'

A la paroisse Saint-Michel, dans le quartier de Bandalungwa, les forces de sécurité ont tiré des cartouches de gaz lacrymogène dans l'enceinte de l'église, a déclaré le dirigeant de l'opposition Vital Kamerhe, présent à la messe. Tout le quartier était venu pour protester, ce qui témoigne de la volonté du peuple d'en finir avec la dictature, a-t-il dit.

Devant cette église, une équipe de l'AFP a été menacée par un officier congolais. 'Si vous ne videz pas les lieux, j'ordonne qu'on tire sur vous', a lancé cet officier. 'Moi je ne suis pas de la police, c'est l'armée. Presse ou pas, personne n'entrera. En plus vous êtes avec un Blanc, une race qui nous crée des problèmes. Si vous résistez, on va tirer', a-t-il ajouté.

Accès à internet coupé

Les autorités de la République démocratique du Congo (RDC) ont ordonné samedi aux opérateurs de télécommunications de couper l'accès à internet et aux services de SMS dans tout le pays à la veille de ces manifestations. Le gouvernement a interdit tout rassemblement de plus de cinq personnes et dans toute la capitale.

Quarante pour cent de la population de RDC est catholique et l'Eglise jouit dans le pays d'une forte crédibilité. La hiérarchie ne soutient toutefois pas officiellement l'appel à manifester, lancé par des mouvements laïcs.

Ces derniers réclament que le chef de l'Etat s'engage à ne pas modifier la Constitution et à ne pas briguer un troisième mandat. Les organisateurs de la contestation demandent aussi la libération de prisonniers politiques.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus