L'AfD dit qu'un de ses candidats a été attaqué au couteau

Le parti d'extrême droite allemand AfD a affirmé mercredi qu'un de ses candidats à un scrutin ...
L'AfD dit qu'un de ses candidats a été attaqué au couteau

L'AfD dit qu'un de ses candidats a été attaqué au couteau

Photo: Keystone/dpa/Marijan Murat

Le parti d'extrême droite allemand AfD a affirmé mercredi qu'un de ses candidats à un scrutin municipal avait été victime d'une attaque au couteau à Mannheim (ouest). Une précédente agression la semaine dernière lors d'un rassemblement anti-islam y avait fait un mort.

Le chef de la branche régionale de l'AfD, Emil Sänze, a déclaré à l'AFP que le candidat avait été attaqué après avoir interpellé une personne qui tentait d'enlever une affiche électorale mardi soir.

La police n'a ni confirmé, ni démenti cette information, indiquant simplement qu'elle communiquerait ultérieurement.

La victime de l'attaque, troisième sur la liste de l'AfD pour le scrutin municipal de Mannheim, ville située au sud de Francfort, a été grièvement blessée et recevait encore des soins mercredi, a indiqué le chef de la branche régionale de l'AfD. Il a toutefois précisé que ses jours n'étaient pas en danger. Selon M. Sänze, une personne a été arrêtée par la police et présentée au juge.

Attaque mortelle

Vendredi, dans cette même ville, une attaque au couteau a coûté la vie à un policier de 29 ans et fait cinq blessés. L'agresseur présumé, un Afghan de 25 ans arrivé en Allemagne en 2014, s'en était pris à plusieurs membres d'un mouvement anti-islam sur la place du marché de cette ville de l'ouest du pays.

Le parquet anti-terroriste allemand avait annoncé lundi qu'il allait se saisir de l'enquête, la piste islamiste ayant été évoquée à plusieurs reprises par le gouvernement.

Parmi les personnes blessées figurait l'une des personnalités les plus en vue du Mouvement Pax Europa (BPE), Michael Stürzenberger, connu depuis des années comme militant anti-islam en Allemagne et proche de l'extrême droite.

Recours accru à la violence

Cette affaire tragique avait relancé les inquiétudes face au recours accru à la violence dans le débat politique, dans un pays connu jusqu'ici pour sa culture du compromis et son sens de la modération dans les débats.

Début mai, le pays a notamment été ébranlé par l'agression d'un eurodéputé du parti social-démocrate (SPD), grièvement blessé alors qu'il placardait des affiches électorales à Dresde, en Saxe dans l'est de l'Allemagne, région où l'AfD est très populaire.

Samedi, un élu du parti conservateur CDU Roderich Kiesewetter, 60 ans, avait été légèrement blessé après avoir été poussé et frappé par un homme alors qu'il faisait campagne à Aalen, dans le sud de l'Allemagne, pour les élections européennes, selon la police locale.

/ATS
 

Actualités suivantes