L'Europe prend des sanctions contre des officiels iraniens

L'Union européenne a décidé mardi d'imposer des sanctions contre une administration et deux ...
L'Europe prend des sanctions contre des officiels iraniens

L'Europe prend des sanctions contre des officiels iraniens

Photo: KEYSTONE/EPA/ABEDIN TAHERKENAREH

L'Union européenne a décidé mardi d'imposer des sanctions contre une administration et deux officiels iraniens pour des tentatives d'assassinat sur le sol européen. Cette décision a pour cadre des enquêtes menées au Danemark, en France et en Belgique.

Les sanctions décrétées prennent la forme d'un gel des avoirs financiers détenus en Europe par la branche du ministère iranien du Renseignement, placée sur la liste européenne des organisations terroristes, et deux de ses membres.

Copenhague avait accusé en octobre dernier Téhéran d'avoir fomenté une opération sur son territoire contre le représentant local d'un groupe séparatiste arabe iranien, en représailles à un attentat meurtrier en Iran.

Les autorités françaises avaient quant à elles annoncé fin juin avoir déjoué un attentat organisé par les services de renseignement iraniens et visant un rassemblement en France d'un groupe d'opposants. Un Belgo-iranien avait été arrêté lors de cette opération.

Explosif artisanal

Un couple belge d'origine iranienne, soupçonné d'avoir planifié l'attentat, avait également été arrêté à Bruxelles en possession de 500 grammes de TATP, un explosif artisanal très instable, dans sa voiture. Un diplomate iranien, suspecté d'avoir remis des explosifs à ce couple, avait par ailleurs été interpellé en Allemagne.

Ces affaires ont tendu les relations entre l'Union européenne et l'Iran, sans toutefois conduire à une remise en cause par les Européens de l'accord sur le nucléaire conclu avec Téhéran en 2015 et dont les Etats-Unis se sont retirés.

L'UE fait une distinction claire entre ces affaires et l'accord sur le nucléaire, a réaffirmé mardi le ministre Samuelsen.

L'Iran a jusqu'à présent systématiquement rejeté les accusations à son encontre, dénonçant un complot visant à nuire aux relations entre Téhéran et l'UE.

/ATS
 

Actualités suivantes