L'OMS homologue le vaccin chinois Sinopharm

L'OMS a homologué sur sa liste d'urgence le vaccin chinois Sinopharm. Le groupe d'experts indépendants ...
L'OMS homologue le vaccin chinois Sinopharm

L'OMS homologue le vaccin chinois Sinopharm

Photo: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

L'OMS a homologué sur sa liste d'urgence le vaccin chinois contre le coronavirus Sinopharm. Le groupe d'experts indépendants de l'institution sur les vaccins (SAGE) recommande que 2 doses soient administrées aux plus de 18 ans, a dit vendredi à Genève l'institution.

Ce vaccin est le sixième à être ajouté à la liste d'urgence après Pfizer-BioNTech, deux d'AstraZeneca, celui de Johnson & Johnson et Moderna, a expliqué à la presse le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus. 'Les bénéfices sont favorables par rapport aux menaces' de Sinopharm a expliqué le président du Groupe consultatif technique, chargé de recommander l'homologation, le professeur associé à l'Université de Genève Arnaud Didierlaurent.

Ce vaccin est efficace à 79%, a précisé de son côté le président du SAGE. Les données sur l'utilisation pour les plus de 60 ans sont peu nombreuses, admet-il. Mais aucune indication ne laisse penser à un problème et les personnes plus âgées déjà vaccinées dans certains pays sont protégées contre le coronavirus. Le SAGE recommande l'administration de la seconde dose deux semaines à un mois après la première.

L'ajout de Sinopharm 'a le potentiel d'accélérer rapidement l'accès au vaccin pour des pays qui cherchent à protéger les travailleurs de santé et les populations vulnérables', affirme une responsable de l'OMS. Et d'appeler le fabricant chinois à participer à Covax.

Autres vaccins attendus

Avant de valider Sinopharm, les experts de l'organisation se sont notamment rendus sur les sites de production. Contrairement à d'autres produits, le vaccin chinois est facile à conserver, rendant son utilisation plus facile dans les pays pauvres ou en développement.

Au total, sur 1,25 milliard de vaccins déjà administrés, 5 millions l'ont été dans les pays pauvres. Sinopharm sera également le premier à être accompagné d'une étiquette qui changera en fonction de la température et montrera si la dose peut toujours être exploitée.

Une décision est attendue prochainement sur un autre produit chinois, Sinovac. Mais des indications supplémentaires ont été demandées au fabricant et n'ont pas encore été reçues, a précisé M. Didierlaurent. Des évaluations sont en cours également pour le vaccin russe qui pourrait être validé en juin.

Pas de recommandation sur les enfants

L'homologation par l'OMS garantit aux autorités nationales l'efficacité et la sécurité de l'utilisation d'un vaccin. Elle permet aussi à celui qui est validé d'alimenter le dispositif international Covax pour un accès équitable à l'immunisation dans les pays en développement.

Cette homologation a été donnée vendredi matin, alors que la pandémie atteint des records d'incidence. Certains pays pourraient faire face aux mêmes difficultés que l'Asie actuellement 'dans les prochaines semaines', a mis en garde le chef du programme d'urgence à l'OMS Michael Ryan. 'Il faut l'éviter' en vaccinant et en continuant à honorer les recommandations de distance et d'hygiène, a-t-il insisté, avertissant sur les effets pour les systèmes de santé de ces territoires.

Plus largement, alors que plusieurs Etats et, en Suisse, plusieurs cantons souhaitent vacciner les enfants, le président du SAGE a affirmé qu'aucune autorité de réglementation n'a encore recommandé l'immunisation de cette population. Mais les pays qui s'appuient sur des surcapacités de doses peuvent le faire si leur régulateur national soutient ce dispositif, selon lui. Il faut d'abord que tous les Etats puissent vacciner les groupes vulnérables, a dit de son côté une responsable de l'OMS.

/ATS
 

Actualités suivantes