L'UE joue son va-tout sur l'immigration, dit Merkel avant le sommet

Le destin de l'Union européenne dépendra de son aptitude à relever le défi des questions migratoires ...
L'UE joue son va-tout sur l'immigration, dit Merkel avant le sommet

L'UE joue son va-tout sur l'immigration, dit Merkel avant le sommet

Photo: KEYSTONE/AP/MARKUS SCHREIBER

Le destin de l'Union européenne dépendra de son aptitude à relever le défi des questions migratoires, a déclaré la chancelière allemande, Angela Merkel. Elle s'exprimait devant le Bundestag juste avant l'ouverture du Conseil européen de Bruxelles.

Dans une intervention passionnée devant les députés, elle a tenté de convaincre ceux qui dans son propre camp la critiquent, et défendu sa décision d'ouvrir les portes de l'Allemagne à un million de migrants en 2015, ce afin d'aider les pays voisins. 'L'Europe a beaucoup de défis, mais celui lié à la question migratoire pourrait décider du destin de l'Union européenne', a-t-elle déclaré.

Elle a appelé à des solution 'multilatérales' et non 'unilatérales' de la part des pays membres. 'Ce n'est certainement pas une solution parfaite mais c'est un début' pour contrôler les déplacements des demandeurs d'asile au sein de l'UE, qui n'ont pas le droit de choisir leur pays d'accueil, a-t-elle dit.

'Soit nous y parvenons, de sorte qu'en Afrique on sache que nous sommes guidés par des valeurs et croyons au multilatéralisme, et non pas à l'unilatéralisme, soit ce n'est pas le cas et personne ne croira plus au système de valeurs qui a fait notre force', a-t-elle déclaré.

Crise interne

Reste à savoir si cette amorce de solution sera suffisante pour sauver politiquement Angela Merkel dans son pays. L'aile droite de sa fragile coalition gouvernementale exige que des mesures concrètes sur le sujet soient décidées lors du sommet de jeudi et vendredi à Bruxelles.

A défaut, le ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer, président du parti bavarois très conservateur CSU, menace de manière unilatérale de refouler dès la semaine prochaine à la frontière allemande les migrants déjà enregistrés ailleurs. Une telle mesure pourrait provoquer l'éclatement de la coalition gouvernementale et de nouvelles élections.

Elle a estimé en outre qu'une poursuite des réformes de la zone euro était nécessaire pour étouffer dans l'oeuf toute future crise. 'La nécessité de réformes demeure. C'est pourquoi nous sommes convenus avec la France de travailler main dans la main', a-t-elle devant le Bundestag.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus