L'opposant Navalny condamné en appel et menacé de camp de travail

Le principal adversaire du Kremlin, Alexeï Navalny, visé par de multiples procédures judiciaires ...
L'opposant Navalny condamné en appel et menacé de camp de travail

L'opposant Navalny condamné deux fois en une journée

Photo: KEYSTONE/EPA/YURI KOCHETKOV

Un tribunal russe a reconnu le principal détracteur du Kremlin, Alexeï Navalny, coupable de 'diffamation' envers un vétéran de la Deuxième guerre mondiale. L'opposant avait été condamné quelques heures plus tôt à deux ans et demi de prison dans une autre affaire.

'Navalny a commis le délit', a déclaré la juge Vera Akimova lors de la lecture de l'énoncé de sa décision, la peine devant être annoncée à l'issue de l'audience. Le Parquet a requis dans ce dossier 950'000 roubles d'amende (11'500 francs environ) et réclamé qu'une peine avec sursis de l'opposant soit converti en prison ferme.

L'opposant de 44 ans est accusé d'avoir diffusé des informations 'mensongères' et 'injurieuses' au sujet d'un ancien combattant qui avait défendu dans un clip de campagne, l'été dernier, un référendum ayant renforcé les pouvoirs du président Vladimir Poutine. Il avait qualifié, sur un réseau social, les intervenants dans cette vidéo de 'honte de la Nation' et de 'traîtres'.

La victoire soviétique sur les nazis occupe une place centrale dans la conscience collective russe et est abondamment célébrée par les autorités et la population. Les critiques à l'égard des anciens combattants sont généralement très mal perçues.

Echanges tendus

Au cours des précédentes audiences, Alexeï Navalny a multiplié les échanges tendus avec le ministère public et la juge, dénonçant leur soumission aux autorités et estimant que la justice manipulait un homme de 94 ans pour réprimer un adversaire du pouvoir.

Avant la lecture de la décision samedi, Alexeï Navalny a une nouvelle fois affiché une attitude de défi et lancé des blagues derrière sa cage en verre.

Peine réduite

Dans une affaire séparée, M. Navalny a vu samedi sa peine d'emprisonnement confirmée en appel mais légèrement réduite à deux ans et demi, dans une affaire de fraude datant de 2014 et qu'il dénonce comme politique.

Il s'agit de la première longue peine de M. Navalny confirmée en appel en près d'une décennie de démêlés avec les autorités. Revenu en Russie en janvier d'une convalescence en Allemagne après un empoisonnement, Alexeï Navalny a été arrêté dès son arrivée. Il a ensuite écopé, le 2 février, de deux ans et huit mois d'emprisonnement.

Dans cette affaire, la justice a converti une peine de prison avec sursis pour fraude datant de 2014 en sentence ferme, pour violation de contrôle judiciaire. Présent à l'audience, le visage souriant, l'opposant a rejeté l'accusation en disant n'avoir jamais voulu se dérober aux autorités russes en allant en Allemagne, et les avoir averties de son retour.

La procureure, Elizaveta Frolova, a rétorqué en affirmant que l'opposant avait 'ouvertement et effrontément' défié la loi. 'Notre pays est bâti sur l'injustice', a lancé M. Navalny avant l'énoncé du verdict. Se disant croyant, il a également cité la Bible: 'Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés.'

Recours

Une porte-parole du palais de justice de Moscou a indiqué vendredi à l'AFP que les services pénitentiaires seraient libres, en cas de confirmation de son emprisonnement, de transférer l'opposant vers un camp de travail.

Héritage de l'Union soviétique, la plupart des peines d'emprisonnement en Russie sont effectuées dans des camps pénitentiaires situés parfois loin de tout. Le travail des détenus, habituellement dans des ateliers de couture ou de fabrication de meubles, y est obligatoire.

Dénonçant une décision 'attendue', l'un des avocats de M. Navalny, Vadim Kobzev, a indiqué que son client allait faire appel en cassation. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a soutenu pour sa part que cette sentence n'allait pas changer le paysage politique 'riche et pluraliste' de la Russie en amont des élections législatives de septembre.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus