La CPI émet un mandat d'arrêt contre Vladimir Poutine

La CPI émet un mandat d'arrêt contre le président russe Vladimir Poutine en lien avec la guerre ...
La CPI émet un mandat d'arrêt contre Vladimir Poutine

La CPI émet un mandat d'arrêt contre Vladimir Poutine

Photo: KEYSTONE/AP/Pavel Bednyakov

Vladimir Poutine, qui recevra la semaine prochaine à Moscou le président chinois Xi Jinping, est désormais visé par un mandat d'arrêt émis par la Cour pénale internationale (CPI) pour la 'déportation illégale' d'enfants ukrainiens lors de l'invasion russe.

La CPI, qui siège à La Haye, a également émis un mandat d'arrêt contre Maria Lvova-Belova, commissaire présidentielle russe aux droits de l'enfant, pour des accusations similaires.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a salué une décision 'historique, qui marque le début d'une responsabilité historique', le Kremlin jugeant de son côté que la décision n'avait aucune valeur juridique.

'La Russie, comme un certain nombre d'Etats, ne reconnaît pas la compétence de ce tribunal. Par conséquent, du point de vue de la loi, les décisions de ce tribunal sont nulles et non avenues', a déclaré le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a salué 'une décision importante' et le Royaume-Uni s'est félicité de 'cette mesure prise par la CPI indépendante pour obliger ceux qui sont au sommet du régime russe, y compris Vladimir Poutine, à rendre des comptes'.

Plus de 16'000 enfants ukrainiens ont été déportés vers la Russie depuis l'invasion le 24 février 2022, selon Kiev, et beaucoup auraient été placés dans des institutions et des foyers d'accueil.

Le président de la CPI, Piotr Hofmanski, a déclaré que la délivrance des deux mandats d'arrêt était un 'moment important dans le processus de justice' pour la Cour.

Les mandats, délivrés à la suite d'une demande du procureur de la CPI, Karim Khan, concernent 'les crimes de guerre présumés de la déportation d'enfants des territoires ukrainiens occupés vers la Fédération de Russie' depuis le début de l'invasion, a-t-il précisé.

M. Hofmanski a ajouté que l'exécution de ces mandats dépendaient 'de la coopération internationale'.

'Butin de guerre'

Citée par l'agence de presse russe Ria Novosti, Maria Lvova-Belova a assuré qu'elle allait poursuivre son travail malgré la décision de la CPI.

Quoi qu'il en soit, la délivrance d'un mandat d'arrêt à l'encontre d'un chef d'État en exercice, membre du Conseil de sécurité de l'ONU, est une étape sans précédent pour la CPI, créée en 2002 pour juger les pires crimes commis dans le monde.

Son procureur Karim Khan enquête depuis plus d'un an sur d'éventuels crimes de guerre ou contre l'humanité commis pendant l'offensive russe.

Il a déclaré plus tôt ce mois-ci après une visite en Ukraine que les enlèvements présumés d'enfants faisaient 'l'objet d'une enquête prioritaire'. 'Les enfants ne peuvent pas être traités comme un butin de guerre', avait-t-il déclaré.

Le contenu des mandats d'arrêt est gardé secret 'afin de protéger les victimes', a précisé M. Hofmanski. 'Néanmoins, les juges de la chambre chargée de cette affaire ont décidé de rendre publique l'existence des mandats dans l'intérêt de la justice et d'empêcher la commission de crimes futurs'.

Ni la Russie ni l'Ukraine ne sont membres de la CPI, mais Kiev a accepté la compétence de la cour et travaille avec le bureau de M. Khan. La Russie nie les allégations de crimes de guerre par ses troupes et selon les experts, il est peu probable qu'elle remette des suspects.

Visite de Xi Jinping

Vendredi, Moscou et Pékin ont par ailleurs annoncé la visite de Xi Jinping en Russie du 20 au 22 mars.

MM. Xi et Poutine signeront une déclaration commune pour approfondir leur 'relation stratégique entrant dans une nouvelle ère', a déclaré le conseiller diplomatique du Kremlin, Iouri Ouchakov.

Alors que Washington soupçonne la Chine d'envisager des livraisons d'armes à la Russie, ce que Pékin et Moscou démentent, les deux dirigeants parleront aussi de coopération 'militaro-technique', toujours selon le Kremlin.

Cité par les agences de presse russes, M. Ouchakov a aussi salué la 'retenue' de M. Xi sur le conflit en Ukraine, dossier sur lequel Pékin se présente en médiateur malgré sa proximité avec Moscou.

Demande de cessez-le-feu

Le ministre chinois des Affaires étrangères Qin Gang, lors d'un entretien téléphonique avec son homologue ukrainien Dmytro Kouleba, a exhorté jeudi Kiev et Moscou à reprendre 'au plus vite' des pourparlers de paix, selon Pékin.

Un appel au cessez-le-feu aussitôt sanctionnée par les Etats-Unis, selon lesquels il revient à consolider les avancées russes et à donner au Kremlin une chance de préparer une nouvelle offensive.

Le mois dernier, la Chine avait déjà publié un document exhortant Moscou et Kiev à tenir des pourparlers de paix.

MiG-29 slovaques

A Bratislava, la Slovaquie a par ailleurs annoncé vendredi sa décision de fournir treize chasseurs MiG-29 à Kiev, après que la Pologne eut annoncé la livraison à l'Ukraine d'un 'premier lot' de quatre de ces appareils.

Ces livraisons 'vont nous aider à défendre efficacement notre ciel', a indiqué le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiï Reznikov, dans un message de remerciement à la Slovaquie publié sur Twitter. 'Une coalition aéronautique est en train de se former!'.

Enfin, à la veille de l'expiration samedi de l'accord international sur l'exportation des céréales d'Ukraine, l'ONU a indiqué que les discussions à ce sujet se poursuivent.

/ATS
 

Actualités suivantes