La Corée du Nord lance plusieurs projectiles dans la mer

La Corée du Nord a tiré samedi trois missiles balistiques de courte portée à partir de sa province ...
La Corée du Nord lance plusieurs projectiles dans la mer

La Corée du Nord lance plusieurs projectiles dans la mer

Photo: Keystone

La Corée du Nord a tiré samedi trois missiles balistiques de courte portée à partir de sa province orientale de Kangwon, a indiqué le commandement de l'armée américaine pour la région pacifique. Ils ont parcouru quelque 250 km avant de tomber en mer.

Aucun des missiles tirés du site de Kittaeryong n'a présenté de menace pour les Etats-Unis ou le territoire américain de Guam, dans l'océan Pacifique, a précisé un porte-parole du commandement de l'armée américaine dans le Pacifique.

'Le premier et le troisième missile ont explosé quasi instantanément', a ajouté le porte-parole. Il a souligné que les trois tirs se sont étalés sur 30 minutes. Ces tests ont eu lieu en pleines manoeuvres militaires entre forces américaines et sud-coréennes, a précisé le ministère sud-coréen de la défense.

Selon ce ministère, les tirs ont commencé à 06h49 locales samedi et les projectiles ont parcouru environ 250 km en direction du nord-est. Ils sont les premiers depuis le tir d'un missile, le 28 juillet dernier, susceptible d'avoir été conçu pour parcourir 10'000 kilomètres et mettre à portée de frappe certaines parties du territoire américain.

Manoeuvres américano-coréennes

Le président sud-coréen Moon Jae-in a été immédiatement informé de ces tirs. 'Les forces armées ont entamé une stricte surveillance du régime nordiste (de Pyongyang) afin de pouvoir répondre à d'autres provocations', a encore indiqué le ministère de la défense à Séoul.

Ces tests de missiles ou d'autres projectiles par le régime de Pyongyang, et notamment de missiles balistiques intercontinentaux, sont la réponse traditionnelle de la Corée du Nord aux manoeuvres militaires annuelles des forces sud-coréennes et américaines.

Actuellement, des dizaines de milliers de soldats et de personnels militaires des deux pays prennent part à ces exercices, baptisés 'Ulchi Freedom Guardian'. Ces manoeuvres, largement fondées sur des simulations par ordinateurs, doivent durer deux semaines et ont débuté lundi.

Les deux alliés présentent ces exercices comme défensifs, mais aux yeux de Pyongyang, elles sont la répétition provocante de l'invasion de son territoire. Chaque année, la Corée du Nord brandit la menace de représailles militaires.

La Chine réagit

De son côté, Pékin a annoncé avoir interdit aux firmes et ressortissants nord-coréens d'établir de nouvelles entreprises en Chine, en application des récentes sanctions internationales adoptées par l'ONU contre le régime de Kim Jong-Un.

La Chine, principal allié et soutien économique de Pyongyang, avait déjà annoncé la semaine dernière la suspension de ses importations de fer, plomb et produits de la mer en provenance de Corée du Nord, après l'arrêt mi-février de ses achats de charbon.

Désormais, il sera également interdit à des investisseurs ou entrepreneurs nord-coréens d'établir en Chine toute nouvelle société, qu'il s'agisse d'une coentreprise avec un partenaire chinois ou d'une firme à capitaux étrangers, précise la notice postée tard vendredi par le ministère chinois du Commerce.

Le texte, dont l'application est immédiate, interdit également toute expansion des coentreprises existantes. Enfin, les demandes d'autorisations pour de nouveaux investissements chinois en Corée du Nord seront rejetées, ajoute le ministère.

/ATS
 

Actualités suivantes