La Maison Blanche somme l'Iran de libérer des détenus américains

La Maison Blanche a accentué vendredi la pression sur l'Iran. Et de sommer Téhéran de rapatrier ...
La Maison Blanche somme l'Iran de libérer des détenus américains

La Maison Blanche somme l'Iran de libérer des détenus américains

Photo: Keystone

La Maison Blanche a accentué vendredi la pression sur l'Iran. Et de sommer Téhéran de rapatrier rapidement des Américains détenus par la République islamique, sous peine de se voir infliger de 'nouvelles' sanctions.

L'Iran s'expose à de 'graves conséquences' si les Américains qui y sont injustement détenus ne sont pas libérés et renvoyés dans leur pays, avertit Donald Trump dans un communiqué diffusé vendredi par la Maison Blanche.

Le président des Etats-Unis réclame le rapatriement de Robert Levinson, ancien membre du FBI porté disparu en 2007 en République islamique, ainsi que la remise en liberté de l'homme d'affaires Siamak Namazi et de son père Baquer, qui possèdent la double nationalité. Tous deux ont été condamnés à dix ans de prison pour espionnage. Ils sont respectivement âgés de 46 et 80 ans.

L'Américain d'origine chinoise Xiyue Wang a lui aussi été condamné dimanche à dix ans de prison pour le même motif.

Washington avait imposé mardi de nouvelles sanctions économiques à la République islamique en lui reprochant de violer l'esprit de l'accord international sur ses activités nucléaires avec son programme balistique et de mener des 'activités nocives' au Proche-Orient.

Très affecté

Plusieurs responsables américains affirment que Donald Trump s'intéresse de près au sort des Américains détenus à l'étranger, profondément affecté par la mort d'Otto Warmbier, un étudiant relâché le mois dernier par la Corée du Nord dans le coma et qui est mort peu après son rapatriement aux Etats-Unis. L'affaire avait profondément ému l'opinion publique américaine.

'Le président Donald Trump et son administration redoublent d'efforts pour ramener à la maison les Américains injustement détenus à l'étranger', rappelle d'ailleurs le communiqué.

Washington n'a plus de relations diplomatiques avec Téhéran depuis 1980.

/ATS