La Palestine demande à Washington de « pousser » pour l'aide à Rafah

Les Etats-Unis doivent 'pousser davantage' Israël à rouvrir le point de passage de Rafah à ...
La Palestine demande à Washington de « pousser » pour l'aide à Rafah

La Palestine demande à Washington de

Photo: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Les Etats-Unis doivent 'pousser davantage' Israël à rouvrir le point de passage de Rafah à l'assistance, selon le ministre palestinien de la santé Abou Ramadan. Mercredi à Genève, il a aussi estimé que le port artificiel américain au large de Gaza était 'illégal'.

'Vous avez seulement à ouvrir les six points de passage prévus' entre Israël et la bande de Gaza, a affirmé le ministre devant les correspondants accrédités à l'ONU à Genève (ACANU). Celui de Rafah est fermé depuis plusieurs semaines et 'il n'y a aucune indication' qu'Israël autorise prochainement à nouveau un accès.

Le ministre a insisté sur l'importance de cet accès pour l'assistance humanitaire et le personnel. Et déploré que des milliers de tonnes d'aide stockées à al-Arish depuis des mois en attendant une approbation israélienne 'ne soient plus utiles' en raison de la chaleur.

Comme l'ONU, il a laissé entendre que le port artificiel américain, établi au large de Gaza pour acheminer de l'aide et par ailleurs endommagé par une mer agitée, ne constituait pas la solution. 'A ma connaissance, il a été lancé sans discussion avec les Palestiniens. Ce qui le rend illégal', a dit le ministre qui a rencontré son homologue américain Xavier Becerra à Genève. Celui-ci a affirmé de son côté que Washington rétablirait le pont.

Besoin de médicaments

Le responsable palestinien a aussi rejeté les déclarations israéliennes selon lesquelles les dizaines de victimes d'une frappe dimanche à Rafah auraient été tuées par des explosions secondaires d'armes palestiniennes. 'Israël a l'habitude de dire ce qu'il veut', affirme-t-il, ajoutant que l'Etat hébreu savait où se trouvent les civils et 'n'aurait jamais dû attaquer cette partie' du territoire.

Selon le ministre, plus de 500 travailleurs de santé ont été tués depuis le début de l'offensive israélienne en octobre dernier. Plusieurs ont été pris en otage ou détenus.

Outre les victimes des bombardements, le ministre est inquiet des épidémies et des maladies habituelles qui ne peuvent être soignées en raison de la pénurie de médicaments. 'On ne peut donner de chiffre sur les décès' liés à ces problèmes indirects, mais il s'attend à un certain nombre d'entre eux. Il faut pouvoir acheminer des médicaments, ajoute le ministre.

/ATS
 

Actualités suivantes