La Turquie appelle la Russie à un nouveau cessez-le-feu à Idleb

La Turquie est en pourparlers avec la Russie pour essayer d'obtenir un nouveau cessez-le-feu ...
La Turquie appelle la Russie à un nouveau cessez-le-feu à Idleb

La Turquie appelle la Russie à un nouveau cessez-le-feu à Idleb

Photo: KEYSTONE/AP/MMA

La Turquie est en pourparlers avec la Russie pour essayer d'obtenir un nouveau cessez-le-feu dans la province rebelle syrienne d'Idleb. Depuis le 16 décembre, les forces du régime, soutenues Moscou, ont intensifié leurs bombardements dans cette région.

'Nous suivons de près le processus en vue de mettre fin aux bombardements. Ces bombardements doivent cesser immédiatement à la faveur d'un nouveau cessez-le-feu. C'est notre principale attente de la partie russe', a déclaré mardi le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin, au cours d'une conférence de presse à Ankara.

La proposition vise à éviter une offensive du gouvernement de Damas contre la région. Moscou, l'allié du régime syrien, et Ankara, qui parraine les rebelles, avaient conclu un accord en septembre 2018 qui prévoyait la mise en place d'une 'zone démilitarisée'.

Cette zone de 15 à 20 kilomètres de large devait séparer les zones gouvernementales des territoires rebelles et djihadistes, dans la province d'Idleb, mais aussi les régions voisines d'Alep, de Hama et de Lattaquié. Malgré un cessez-le-feu annoncé fin août par Moscou, les raids aériens du régime syrien aidé par les forces russes se sont intensifiés ces dernières semaines.

Avance des troupes syriennes

Depuis jeudi, le régime a pris le contrôle d'une quarantaine de villages dans le secteur, a précisé l'OSDH, selon qui ses troupes se rapprochent désormais d'une ville-clé dans le sud d'Idleb. L'armée syrienne a affirmé mardi dans un communiqué avoir repris 320 km2 ces derniers jours. Elle a appelé les civils à évacuer les zones tenues par les jihadistes.

En cinq jours, les combats ont fait environ 260 morts, dont 110 membres des forces prorégime et 148 jihadistes et rebelles, selon l'OSDH. L'ONU a appelé la semaine dernière à une 'désescalade immédiate' à Idleb, mettant en garde contre de nouveaux déplacements massifs si les violences persistent.

Régime déterminé

La région d'Idleb, composée d'une grande partie de la province du même nom et de segments des provinces voisines d'Alep et de Lattaquié, est dominée par les jihadistes du groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS). D'autres groupuscules jihadistes et rebelles sont présents dans cette région.

Le régime, qui contrôle désormais plus de 70% du territoire, s'est maintes fois dit déterminé à reconquérir Idleb. Le conflit en Syrie, déclenché en 2011 par la répression de manifestations prodémocratie par Damas, a fait plus de 370'000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus