La cheffe de l'extrême droite à un hommage aux résistants étrangers

Marine Le Pen a annoncé lundi qu'elle participerait à un hommage aux étrangers engagés dans ...
La cheffe de l'extrême droite à un hommage aux résistants étrangers

La cheffe de l'extrême droite à un hommage aux résistants étrangers

Photo: KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON

Marine Le Pen a annoncé lundi qu'elle participerait à un hommage aux étrangers engagés dans la Résistance française durant la 2e guerre mondiale, malgré les réserves de Macron pour qui 'les forces d'extrême droite seraient inspirées de ne pas être présentes'.

Marine Le Pen, invitée en qualité de présidente des députés du Rassemblement national (RN), participera mercredi à la cérémonie de transfert au Panthéon à Paris des cendres de Missak Manouchian, résistant communiste d'origine arménienne fusillé par l'occupant nazi avec son groupe de combattants étrangers.

Les membres du comité de soutien à son entrée au Panthéon, nécropole laïque des 'Grands Hommes' français, jugent la présence de Marine Le Pen à la cérémonie 'insupportable' même s'ils respecteront les usages 'institutionnels'.

'Côtoyer Madame Le Pen n'est pas le plus grand de nos plaisirs mais je ne suis pas à la manoeuvre et je respecte les institutions', a déclaré le président du comité, Jean-Pierre Sakoun, à l'AFP.

'Il y a une seule question à poser à Madame Le Pen : 'êtes-vous en quoi que ce soit les héritiers d'un parti fondé par des nazis et des collaborationnistes ?'', a lancé M. Sakoun. 'La réponse ne peut pas être 'peut-être'. C'est oui ou non', a-t-il martelé.

'Propos outrageants'

Le chef de l'Etat français avait dimanche, dans le journal communiste l'Humanité, estimé que l'absence du RN à la cérémonie s'imposait 'compte tenu de la nature du combat de Manouchian'.

Mme Le Pen a dénoncé, via son entourage, les 'propos outrageants' de M. Macron. Le président du RN, Jordan Bardella, a estimé que 'le président de la République n'a pas à trier qui sont selon lui les bons et les mauvais élus de la République française'.

Mme Le Pen avait pourtant renoncé la semaine dernière à se rendre à l'hommage national rendu à Robert Badinter, le ministre de la Justice artisan de l'abolition de la peine de mort en 1981, où elle était dûment invitée, protocole oblige, mais dont la présence n'était pas souhaitée par la famille.

Dans son entretien au quotidien communiste, le chef de l'État avait d'ailleurs comparé les deux cérémonies pour justifier ses réserves, convoquant 'l'esprit de décence' et estimant que 'le rapport à l'histoire devraient conduire (les responsables RN) à faire un choix'.

'Héritiers de Vichy'

Le sénateur communiste Pierre Ouzoulias a estimé que les responsables du RN, issu du Front national de Jean-Marie Le Pen, sont 'les héritiers de Vichy', le régime de collaboration avec les nazis du maréchal Pétain, 'et d'une vision ethnique de la nation', en contradiction avec le sens de la cérémonie.

L'entrée au Panthéon mercredi de Missak Manouchian se veut un 'acte de reconnaissance' de la résistance communiste et étrangère à l'occupant allemand, dont aucune figure n'avait eu droit jusqu'alors à cet honneur.

L'ouvrier et poète sera accompagné de son épouse, Mélinée, également résistante. Les 22 membres du groupe Manouchian, fusillés pour la plupart comme lui le 21 février 1944 dans la clairière du Mont-Valérien, près de Paris, ainsi que leur chef de réseau Joseph Epstein y entreront de façon symbolique, sous la forme d'une plaque portant leur nom.

Le secrétaire national du Parti communiste, Fabien Roussel, s'est lui aussi dit favorable à ce que les membres du RN renoncent à leur participation à la cérémonie. Il a renvoyé Marine Le Pen à 'ses ascendants' qui, 'dans l'histoire', ont selon lui 'contribué à ce (que) soient fusillés' ceux à qui la République doit rendre hommage.

/ATS
 

Articles les plus lus