La moitié des Irakiens déplacés sont rentrées chez eux

Le nombre des déplacés et celui des personnes revenues chez elles sont quasiment identiques ...
La moitié des Irakiens déplacés sont rentrées chez eux

La moitié des Irakiens déplacés sont rentrées chez eux

Photo: KEYSTONE/AP/KHALID MOHAMMED

Le nombre des déplacés et celui des personnes revenues chez elles sont quasiment identiques en Irak, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). C'est la première fois depuis l'offensive de 2014 du groupe État islamique (EI).

'A fin novembre, 2,75 millions de déplacés sont rentrés chez eux tandis que 2,88 millions de personnes sont toujours déplacées', relève cet organisme dans une étude rendue publique cette semaine. 'Si cette tendance se poursuit, nous pensons qu'en janvier, pour la première fois depuis 2014, le nombre des personnes de retour chez elles sera plus important que celui des déplacés', a affirmé la porte-parole de l'OIM en Irak, Sandra Black.

Selon l'étude de l'OIM, ce sont les habitants des provinces d'Al-Anbar et de Ninive, à majorité sunnite, qui ont connu le plus important retour d'habitants. Parmi les personnes interrogées, 30% ont affirmé que leur habitation avait été 'endommagée de manière significative', tandis que 60% ont subi des dommages modérés.

Insécurité encore forte

Les personnes qui ont le plus de difficultés à rentrer chez elles sont celles qui n'ont pas de titres de propriété en ordre, mais surtout celles qui sont les plus pauvres ou vulnérables. Cependant, le principal obstacle au retour 'demeure l'insécurité dans leur lieu d'origine, à cause de la persistance d'un conflit, de la présence de munitions non explosées, de mines ou de milices'.

Selon l'OIM, les sunnites arabes et kurdes sont dans leur grande majorité rentrés chez eux. Ce n'est pas le cas pour les minorités turcomanes sunnites et chiites, yazidies, chrétiennes et chabak.

L'EI s'était emparé en 2014 du tiers de l'Irak et avait menacé jusqu'à son existence, avant que les forces irakiennes lancent à partir de 2016 leur contre-offensive. Le pouvoir à Bagdad vient de proclamer la victoire militaire sur l'organisation extrémiste chassée de tous les centres urbains.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus