Le CICR en soutien de la Croix-Rouge congolaise sur Ebola

Le CICR appuie la Croix-Rouge locale dans la réponse à l'épidémie d'Ebola en République démocratique ...
Le CICR en soutien de la Croix-Rouge congolaise sur Ebola

Le CICR en soutien de la Croix-Rouge congolaise sur Ebola

Photo: KEYSTONE/AP UNICEF/MARK NAFTALIN

Le CICR appuie la Croix-Rouge locale dans la réponse à l'épidémie d'Ebola en République démocratique du Congo (RDC). Son président Peter Maurer a passé plusieurs jours dans ce pays sans se rendre pour autant dans la région affectée.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) oeuvre 'en soutien' face à Ebola, a affirmé vendredi devant la presse à Goma la cheffe de la délégation de l'organisation en RDC. Sur l'assistance en terme d'hygiène, d'eau, d'assainissement mais aussi de prise en charge des dépouilles des victimes.

L'organisation est 'prête à répondre' davantage encore, selon la responsable. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) considère désormais que le risque pour la santé publique posé par l'épidémie est 'très élevé', contre 'élevé' dans sa précédente évaluation. De même, le risque régional pour les autres pays passe de 'modéré' à 'élevé'.

Un Comité d'urgence doit décider vendredi à Genève s'il qualifie la situation d''urgence sanitaire de portée mondiale'. Selon les derniers chiffres donnés par l'OMS, 3 cas confirmés, 20 probables et environ autant de cas suspects ont été observés. Au total, 23 décès ont déjà été dénombrés.

Près de 12'000 doses d'un vaccin expérimental, acceptées par le gouvernement congolais, doivent être utilisées dans les prochains jours, alors que 4300 doses sont déjà arrivées à Kinshasa.

Kabila salué par Maurer

M. Maurer, qui était arrivé lundi dans ce pays, a largement salué la 'volonté politique' du président Joseph Kabila pour accorder un accès du CICR à tous les détenus sur le territoire congolais. Des consultations devront encore être menées, a-t-il admis. Des visites auprès de dizaines de milliers de détenus sont déjà possibles.

M. Maurer estime que l'accès humanitaire est important en RDC mais que la marge d'intervention 'se rétrécit'. Le CICR doit faire face à des groupes armés de plus en plus 'fragmentés' et à une violence pas seulement 'structurée', qui s'est étendue à de nouvelles régions, a expliqué M. Maurer. La recrudescence de la criminalité 'touche aussi les humanitaires', déplore-t-il.

Le dispositif du CICR 'reste pertinent' et dépasse le cadre de l'aide d'urgence pour porter sur la santé, les détenus, l'eau ou encore l'amélioration de la situation économique de la population congolaise. Et d'appeler les autorités de RDC à considérer l'effort humanitaire comme un 'investissement'.

Outre sa discussion avec Joseph Kabila, M. Maurer a rencontré des victimes de violences armées ou d'abus sexuels. A ce propos, il s'est rendu dans un hôpital et a discuté avec des détenus.

/ATS
 

Actualités suivantes