Le Portugal imposera un couvre-feu pour lutter contre le Covid-19

L'état d'urgence sanitaire, qui entrera en vigueur lundi au Portugal, sera assorti dans la ...
Le Portugal imposera un couvre-feu pour lutter contre le Covid-19

Le Portugal imposera un couvre-feu pour lutter contre le Covid-19

Photo: KEYSTONE/AP/ARMANDO FRANCA

L'état d'urgence sanitaire, qui entrera en vigueur lundi au Portugal, sera assorti dans la majeure partie du pays d'un couvre-feu nocturne en semaine, a annoncé samedi le premier ministre. La mesure débutera dès 13h00 le week- end, pour au moins deux semaines.

Cette 'interdiction de circuler sur la voie publique' s'appliquera dans les 121 communes soumises depuis mercredi à un nouveau confinement et où vivent environ 70% des Portugais, a indiqué António Costa, à l'issue d'un conseil des ministres extraordinaire.

'La seule façon de maîtriser la pandémie est d'éviter les interactions sociales', a affirmé le chef du gouvernement socialiste. Depuis le début octobre, le Portugal a vu passer le nombre de nouvelles contaminations quotidiennes au coronavirus de 2000 à 6000.

'Ce sont des mesures essentielles pour contrôler la pandémie sans décréter un nouveau confinement général' comme celui du printemps, a-t-il souligné.

Ecoles toujours ouvertes

Le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa a décrété vendredi l'état d'urgence sanitaire, qui s'appliquera au moins jusqu'au 23 novembre, pour permettre au gouvernement d'imposer de nouvelles restrictions visant à endiguer la pandémie de coronavirus.

A l'abri de cet état d'urgence, les autorités vont également pouvoir exiger des contrôles de température ou la réalisation de tests dans l'accès à certains locaux, et mobiliser des fonctionnaires comme des militaires ou des enseignants pour aider les renforcer les équipes sanitaires de traçage des contacts.

Sept Portugais sur dix étaient déjà soumis depuis mercredi à un 'devoir civique de confinement à domicile' et, dans les 121 municipalités concernées, le télétravail est devenu obligatoire dans la mesure du possible.

Mais, contrairement au printemps, les écoles restaient ouvertes ainsi que les commerces, les restaurants ou les salles de spectacle, qui devaient cependant fermer leurs portes plus tôt. Lors de la première vague de la crise sanitaire, les autorités portugaises avaient décrété l'état d'urgence pendant six semaines.

/ATS
 

Actualités suivantes