Le chancelier Kurz a été renversé par le Parlement autrichien

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a à son tour fait les frais des révélations de l'Ibizagate ...
Le chancelier Kurz a été renversé par le Parlement autrichien

Le chancelier Kurz a été renversé par le Parlement autrichien

Photo: KEYSTONE/APA/ROLAND SCHLAGER

Le chancelier conservateur autrichien Sebastian Kurz a à son tour fait les frais des révélations de l'Ibizagate. Il a été renversé lundi avec tout son gouvernement par une motion de censure soutenue par les principaux partis d'opposition.

Ce vote intervient dix jours après le scandale de l'Ibizagate qui a fait voler en éclat sa coalition avec l'extrême droite.

Sans précédent dans l'histoire de la République d'Autriche, il a été obtenu notamment avec les voix des sociaux-démocrates et, précisément, du parti nationaliste FPÖ dont le chef avait été contraint de démissionner de son poste de vice-chancelier à la suite de ce scandale.

Les résultats ont été proclamés par la vice-présidente du Parlement, Doris Bures, qui n'a toutefois pas chiffré les sufffrages.

Strache élu au Parlement européen

Sa compromission dans le scandale de l'Ibizagate n'a par ailleurs pas empêché l'ancien chef du FPÖ Heinz-Christian Strache d'obtenir un mandat européen grâce au 'vote direct' des électeurs, selon des résultats partiels publiés lundi.

M. Strache, 49 ans, obtient davantage que les 33'000 voix nécessaires à l'obtention d'un tel mandat, selon un décompte publié par l'agence APA. Il n'a pas indiqué s'il comptait accepter ce siège. Il a renoncé à siéger au Parlement autrichien, comme il en avait la possibilité.

L'ancien dirigeant a été piégé par une vidéo diffusée le 17 mai et filmée en cachette en 2017 sur l'île espagnole d'Ibiza. Il s'y disait prêt à offrir d'importants marchés publics à un oligarque russe en échange de financements occultes.

Campagne de soutien

L'ex-vice-chancelier a cependant fait l'objet d'une campagne de soutien sur les réseaux sociaux, où les partisans du FPÖ ont été invités à lui accorder un 'vote direct' lors du scrutin européen du 26 mai.

Malgré la déflagration provoquée par la vidéo d'Ibiza, le FPÖ a réussi a limiter ses pertes en recueillant environ 17,2% des suffrages, selon les projections.

Des législatives anticipées sont prévues en Autriche en septembre.

/ATS