Le parti pro-russe et les populistes remportent les législatives

Le parti pro-russe Harmonie a remporté les élections législatives de samedi en Lettonie. Il ...
Le parti pro-russe et les populistes remportent les législatives

Le parti pro-russe et les populistes remportent les législatives

Photo: KEYSTONE/EPA/VALDA KALNINA

Le parti pro-russe Harmonie a remporté les élections législatives de samedi en Lettonie. Il devance les populistes dont certains n'excluent pas de former une coalition gouvernementale avec lui, mais ce pari est loin d'être gagné.

Selon les résultats définitifs publiés dimanche, Harmonie arrive premier avec 19,8% des voix. Suivent les populistes du KPV LV (14,25%), qui disent pouvoir collaborer avec toutes les formations, sans 'ligne rouge', et ceux du Nouveau Parti Conservateur (13,6%).

Ils sont suivis par une nouvelle alliance libérale Développement/FOR, avec 12%, l'Alliance nationale (droite) 11%, les Verts et les Paysans (centre-droit) du Premier ministre sortant Maris Kucinskis, 9,9%) et Nouvelle Unité (centre-droit) 6,7%.

Loin de la majorité

Selon les projections de la télévision publique en termes de sièges, Harmonie devrait en obtenir 24, et le KPV LV, considéré comme son partenaire potentiel, 15. Ce total de 39 sièges serait loin de leur donner la majorité requise de 51 députés dans une chambre qui en compte 100.

Harmonie, populaire au sein de l'importante minorité russophone, remporte son quatrième scrutin législatif. Il n'a pas pu former de gouvernement lors des trois précédents.

Aucun autre parti politique n'a accepté par le passé de s'allier avec cette formation qui avait dans le passé conclu un accord de coopération avec le parti Russie Unie de Vladimir Poutine - mais elle en est sortie discrètement l'an dernier. Le chef d'Harmonie, le maire de Riga, Nils Ushakovs, a dès samedi soir affiché son ambition de réussir, cette fois-ci, à faire entrer son parti au gouvernement.

'Aucune coalition sans Harmonie'

'Aucune formule de coalition qui puisse paraître stable et capable (de gouverner) n'est possible sans Harmonie', a déclaré M. Ushakovs à l'agence LETA, commentant les résultats. 'Sinon, vous pourriez avoir une coalition de xénophobes et de partisans des droits des homosexuels, et un tel gouvernement ne tiendrait pas plus de deux ou trois semaines'.

Mais une chambre divisée entre sept partis offre de multiples possibilités de coalition, qui feront l'objet d'abord de contacts informels entre leurs leaders. Les analystes, prudents, pensent qu'un gouvernement comprenant Harmonie et le KPV LV est moins probable que la reconduction de la coalition sortante de centre-droit, selon la formule à trouver avec les nouveaux partis politiquement proches.

Solution de continuité

'Le nouveau parlement est très fragmenté', a dit le politologue Filips Rajevskis. 'Je pense qu'un nouveau cabinet ne verra pas le jour avant la mi-novembre. On aura des fuites et des révélations de nouveaux scandales, le processus de formation du gouvernement ne sera pas beau à voir', a-t-il pronostiqué.

Lorsque la nouvelle chambre entrera en session début novembre, le président Raimonds Vejonis devra charger une personne de former le gouvernement. Comme le chef de l'Etat a laissé entendre avant les élections qu'il opterait volontiers pour une solution de continuité, il semble peu probable qu'il choisisse le candidat d'Harmonie Vjaceslavs Dombrovskis ou celui du KPV LV, le juriste Aldis Gobzems.

Mais le Premier ministre sortant Maris Kucinskis ne paraît pas non plus un choix facile, son parti, les Verts et les Paysans ayant à peine atteint 10% des suffrages. Ce qui pourrait donner une chance à l'ancien ministre des Affaires étrangères et de la Défense Artis Pabriks, candidat présenté par les libéraux de Développement/FOR.

Cyberattaque

Le déroulement du scrutin a été accompagné, mais non perturbé, par une cyberattaque contre le principal réseau social letton Draugiem.lv. Ses utilisateurs ont vu apparaître sur leurs écrans un message d'apparence pro-Kremlin, en russe: 'Camarades lettons, cela vous concerne. Les frontières de la Russie n'ont pas de limites'.

La crainte d'un rapprochement avec Moscou était sensible chez certains électeurs dans ce pays balte de 1,9 million d'habitants dont l'histoire est marquée par des relations difficiles avec le grand voisin russe, dont un demi-siècle d'occupation soviétique.

/ATS
 

Actualités suivantes