Le parti sud-africain au pouvoir décide de révoquer le président

Le comité exécutif du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir en Afrique du Sud ...
Le parti sud-africain au pouvoir décide de révoquer le président

Le parti sud-africain au pouvoir décide de révoquer le président

Photo: KEYSTONE/EPA/KIM LUDBROOK

Le comité exécutif du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir en Afrique du Sud, a demandé au président de la République Jacob Zuma de renoncer à ses fonctions, apprend-on mardi auprès de l'ANC. Cette décision a été annoncée après 13 heures de réunion.

Jacob Zuma, qui est âgé de 75 ans, est affaibli par une série d'affaires de corruption depuis son accession au pouvoir en 2009, tandis que les difficultés économiques s'amoncellent. Il a déjà perdu la présidence de l'ANC en décembre au profit de son vice-président Cyril Ramaphosa et depuis, les appels à quitter la tête de l'Etat se sont faits plus pressants.

La direction de l'ANC a le pouvoir de 'rappeler' tous ses membres délégués à une fonction gouvernementale. Elle l'avait déjà fait en 2008 pour le président Thabo Mbeki qui avait accepté de démissionner. Mais le chef de l'Etat n'est pas obligé de le faire. Dans ce cas, l'ANC peut alors décider de présenter devant le Parlement une motion de défiance.

'Discussions tendues'

Cyril Ramaphosa s'est rendu auprès de Jacob Zuma lundi soir avant de revenir à la réunion du comité exécutif de l'ANC qui a scellé le sort du président.

'Nous avons décidé de révoquer Zuma. Cela ne lui a pas encore été dit', a déclaré un membre du parti de l'ANC interrogé par Reuters. 'Cyril est allé parler avec lui', a-t-on ajouté en précisant qu'à son retour, 'il y a eu des discussions tendues et difficiles pour savoir s'il fallait révoquer Zuma'.

L'ANC a donné 48 heures au président pour démissionner, a précisé le groupe audiovisuel public SABC. Il va lui adresser une lettre lui ordonnant de céder le pouvoir, après avoir rejeté la demande de Jacob Zuma de conserver son poste encore quelques mois, ont rapporté d'autres médias.

Ces informations n'ont pas encore été confirmées officiellement par le parti, qui a annoncé la tenue d'une conférence de presse mardi à 12h00 (11h00 en Suisse) à son quartier général à Johannesburg. M. Zuma lui n'a pas encore réagi.

Scandales

Depuis qu'il a accédé à la tête de l'ANC en battant l'ex-épouse de Jacob Zuma, Nkosazana Dlamini-Zuma, Cyril Ramaphosa a mis l'accent sur la lutte contre la corruption et la relance de l'économie.

L'ancien syndicaliste de 65 ans, a dit qu'il ne voulait pas humilier Jacob Zuma, ce qui ne l'empêche pas d'oeuvrer depuis un certain temps en coulisses pour le départ anticipé du chef de l'Etat dont le deuxième mandat s'achève normalement à l'issue des élections générales prévues en 2019. Mais M. Zuma, empêtré dans de nombreux scandales de corruption, a jusque-là toujours refusé de se plier aux exigences de son parti.

/ATS
 

Actualités suivantes