Le président de l'Assemblée nationale succède à Nicolas Hulot

Le président de l'Assemblée nationale française François de Rugy succède à Nicolas Hulot au ...
Le président de l'Assemblée nationale succède à Nicolas Hulot

Macron remanie son gouvernement et maintient l'impôt à la source

Photo: KEYSTONE/AP/THIBAULT CAMUS

Une semaine après la démission surprise de Nicolas Hulot et quelques heures après celle de Laura Flessel, Emmanuel Macron a procédé mardi à un remaniement a minima du gouvernement. Il a par ailleurs tenu bon sur l'impôt prélevé à la source, maintenu pour janvier 2019.

Pour remplacer ces ministres, le chef de l'Etat a nommé respectivement l'actuel président de l'Assemblée nationale, François de Rugy, à la transition écologique et solidaire, et Roxana Maracineau, première Française championne du monde de natation, aux sports, a annoncé l'Elysée dans un communiqué.

Quatrième personnage de l'Etat depuis son élection au 'perchoir' en juin 2017, François de Rugy renoue à 44 ans avec un secteur dont il connaît les enjeux. Il a en effet entamé sa carrière politique chez les Verts.

L'annonce de sa nomination s'est accompagnée d'une mise en garde de plusieurs élus. Ceux-ci ont appelé l'exécutif à accélérer la transition écologique et solidaire, une semaine après la démission de Nicolas Hulot qui avait expliqué ne pas vouloir se résigner à une politique de 'petit pas'.

Situation fiscale en cause

Par ailleurs, le choix de Roxana Maracineanu pour remplacer la discrète Laura Flessel confirme la volonté d'Emmanuel Macron d'élargir l'exécutif à la société civile, malgré le départ de deux de ses plus populaires figures. Mais, à peine le remaniement annoncé, les ennuis ont continué à tomber avec la révélation que la démission de Mme Flessel était liée à sa 'situation fiscale', comme l'a affirmé une source proche du dossier.

Selon Mediapart, le fisc a récemment saisi la Commission des infractions fiscales (CIF) après avoir découvert des manquements déclaratifs de la ministre concernant la société Flessel and co, qui exploite le droit à l'image de l'ancienne championne olympique d'escrime. 'Elle n'a fait aucune erreur. Ce n'est pas la cause de son départ', a de son côté affirmé l'entourage de l'ex-ministre, précisant que le litige concerne 'sa société de droits à l'image dont son mari était gérant'.

Fragilisée ces dernières semaines par l'ouverture d'une enquête sur la maison d'édition Actes Sud qu'elle a cofondée, la ministre de la Culture Françoise Nyssen conserve finalement son maroquin malgré la rumeur persistante la donnant sur le départ.

Période délicate

Ce troisième remaniement gouvernemental du quinquennat - après celui technique de juin 2017 et un ajustement a minima en novembre de la même année - survient dans une période délicate pour l'exécutif, déjà bousculé par l'affaire Benalla.

Un mois après cette première crise d'ampleur, le chef de l'Etat a connu une rentrée agitée avec le coup de théâtre 'Hulot', ses propos controversés sur le 'Gaulois réfractaire', la nomination de l'écrivain Philippe Besson au poste de consul de France à Los Angeles - perçue comme un 'fait du prince' - ou encore l'avertissement du 'Monsieur Patrimoine', Stéphane Bern.

Dans les sondages, le chef de l'Etat voit sa cote de popularité chuter. Selon une étude Ifop pour Paris Match et Sud Radio publiée mardi matin, seuls 31% des Français déclarent approuver son action, contre 41% en juillet. A titre de comparaison, François Hollande rassemblait 32% d'opinions positives à la même période et Nicolas Sarkozy 41%.

Impôt à la source

Emmanuel Macron a également tranché mardi le dossier sensible du prélèvement de l'impôt sur le revenu à la source, prévu de longue date , mais sur lequel le doute s'était installé après une série d'informations contradictoires mettant en lumière plusieurs points délicats: craintes d'un bug, hostilité des entreprises et de syndicats...

Il a 'demandé des clarifications et identifié des améliorations possibles' au cours d'une réunion dans la matinée à l'Elysée avec le Premier ministre, Edouard Philippe, et le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin. Les tests menés lors de la phase d'essai du prélèvement à la source 'n'ont révélé aucun dysfonctionnement', a déclaré ce dernier, excluant tout risque de 'bug systématique' lors de la mise en oeuvre de la réforme.

Edouard Philippe a confirmé dans la soirée sur la chaîne de télévision privée TF1 qu'à partir du 1er janvier 2019, les Français verraient leur impôt sur le revenu prélevé directement sur leur rémunération. La France est un des rares pays européens à ne pas utiliser le prélèvement à la source pour percevoir l'impôt sur le revenu.

/ATS
 

Actualités suivantes