Le président du CICR observe une certaine détente en Syrie

Le président du CICR Peter Maurer accueillerait favorablement un rapprochement entre les Etats-Unis ...
Le président du CICR observe une certaine détente en Syrie

Le président du CICR observe une certaine détente en Syrie

Photo: Keystone

Le président du CICR Peter Maurer accueillerait favorablement un rapprochement entre les Etats-Unis et la Russie dans leurs positions sur la Syrie. Par ailleurs, il a observé dernièrement une certaine détente dans plusieurs régions en conflit du pays.

'Il y a divers endroits dans lesquels aujourd'hui la situation est plus calme qu'il y a encore quelques mois', indique Peter Maurer lors d'un entretien avec les journaux alémaniques Tages-Anzeiger et Der Bund publié mardi. L'homme invoque plusieurs raisons possibles à ces accalmies sur le terrain.

Il cite ainsi des efforts locaux de réconciliation ou encore les négociations diplomatiques entre les différents pouvoirs qui ont eu un impact positif. Mais souligne le Bernois, 'le calme en vigueur en Syrie n'est pas celui qui règne à Sumiswald', commune située dans l'Emmental.

Le conflit en Syrie doit être abordé politiquement en y incluant outre la Russie et des Etats-Unis, l'Arabie Saoudite, l'Iran et la Turquie. Car les problèmes humanitaires ne peuvent pas être résolus par de l'aide humanitaire.

Le but du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (CICR) est de modifier les comportements entre les parties en conflit. Et Peter Maurer de rappeler: 'ces acteurs doivent respecter le droit international'.

Rencontre avec Assad

Le président du CICR s'est rendu dernièrement dans des zones en guerre en Syrie pour la cinquième fois depuis le début de son mandat et a rencontré le président syrien Bachar Al-Assad à cette occasion. Les deux hommes ont abordé divers sujets, qui préoccupent la Croix-Rouge: l'accès trop difficile à certaines régions syriennes, les visites de prisonniers, le respect du droit international par tous les acteurs et la coopération avec le Croissant-Rouge syrien.

L'utilisation d'armes chimiques a également été abordée, affirme Peter Maurer qui ne donne aucun détail sur cette entrevue. 'Avec les représentants syriens nous menons des discussions ouvertes, qui nous ont toujours permis d'entreprendre une opération reconnue dans un environnement difficile'.

Le conflit en Syrie a débuté au printemps 2011 avec des protestations d'abord pacifiques contre le président Assad. Depuis plus de 320'000 personnes ont perdu la vie et des millions d'habitants ont été contraints de fuir le pays.

/ATS
 

Actualités suivantes