Le sommet de Biden ravive l'espoir sur le climat

Les ambitions des Etats-Unis dans la lutte contre le réchauffement permettent de relancer la ...
Le sommet de Biden ravive l'espoir sur le climat

Le sommet de Biden ravive l'espoir sur le climat

Photo: KEYSTONE/AP/Evan Vucci

Les ambitions des Etats-Unis dans la lutte contre le réchauffement permettent de relancer la dynamique et d'un peu rapprocher la planète de ses objectifs climatiques. Mais le doute persiste quant à la capacité des grandes puissances à tenir leurs engagements.

'Nous avons fait de grands progrès', s'est félicité vendredi le président des Etats-Unis Joe Biden au terme du sommet virtuel qu'il a organisé pour tourner la page de l'ère climatosceptique de Donald Trump. Il a évoqué le 'début du chemin' vers un bon accord à la conférence de l'ONU, la COP26 de novembre à Glasgow, en Ecosse.

Selon Washington, des pays qui comptent pour plus de la moitié de l'économie mondiale ont pris des engagements de réduction des émissions des gaz à effet de serre qui sont en ligne, en ce qui les concerne, avec l'objectif planétaire visant à limiter le réchauffement sous les +1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle - comme prévu par l'accord de Paris de 2015.

Un coup d'accélérateur

Le compte n'y est toujours pas, loin de là, puisque l'autre moitié du monde reste à la traîne.

Mais pour la première fois depuis longtemps, plusieurs experts estiment que certains grands pays pollueurs ont donné le coup d'accélérateur tant attendu pour espérer écarter les plus sombres scénarios.

Selon le groupe Climate Action Tracker (CAT), les nouveaux engagements, s'ils sont tenus, se traduiront par une baisse de 12% à 14% de l'effort encore nécessaire en termes de réduction des émissions d'ici 2030.

C'est sans doute le nouveau président américain qui a le plus contribué à ce bond en avant, en doublant, quasiment, le précédent objectif de réduction des Etats-Unis, première économie et deuxième pollueur de la planète.

Poussés par l'allié américain - et après les engagements ambitieux de l'Union européenne et du Royaume-Uni -, le Canada et le Japon ont également fait des annonces importantes.

Etats-Unis 'de retour'

Joe Biden a donc réussi son pari de démontrer que l'Amérique était 'vraiment de retour sur la scène internationale', estime David Waskow, du cercle de réflexion World Resources Institute.

Pour Nathan Hultman, de l'Université du Maryland, le démocrate a adressé 'un signal super fort de leadership international'. Mais 'il reste encore énormément à faire', prévient Bill Hare.

La Chine, premier pollueur mondial, dont les promesses ont été applaudies en fin d'année dernière et qui a laissé entendre jeudi qu'elle commencerait à baisser son recours au charbon après 2025, 'doit faire beaucoup plus, notamment avec des mesures concrètes pour en finir' avec cette source d'énergie, ajoute-t-il.

L'Inde reste nettement en-deçà des attentes, tout comme des pays riches comme l'Australie.

Sentiment d'urgence

Pourtant, les effets dévastateurs du réchauffement sont désormais concrets pour des centaines de millions de personnes.

Le sentiment d'urgence a été résumé par Fatih Birol, directeur de l'Agence internationale de l'énergie: les émissions polluantes vont connaître cette année leur plus deuxième plus forte hausse de l'histoire, alors que l'économie mondiale se remet de sa dépression liée à la pandémie.

'A ce stade, les données ne correspondent pas aux promesses, et le fossé ne cesse de se creuser', a-t-il mis en garde vendredi, soulignant que plus de la moitié des réductions nécessaires pour parvenir à la neutralité carbone d'ici 2050 reposent sur des innovations techniques qui n'existent pas encore.

Deux points inquiètent particulièrement les observateurs. D'une part, l'effort financier des grandes économies pour aider les pays plus pauvres à opérer leur propre transition écologique ou à faire face aux effets du réchauffement est encore très insuffisant, malgré une nouvelle contribution américaine.

Concrétiser les promesses

D'autre part, les promesses doivent maintenant être transformées en plans détaillés. 'Les gouvernements ont pris des engagements, la prochaine grande question sera de voir s'ils vont les mettre en oeuvre', reconnaît Bill Hare.

Le président américain est particulièrement attendu au tournant, puisque le spectre d'une nouvelle alternance en 2024 à la Maison Blanche plane sur sa crédibilité.

David Waskow relève que Joe Biden veut lancer rapidement les réformes nécessaires sur les énergies renouvelables ou les véhicules électriques. Le président et son équipe 'tentent de graver les changements dans le marbre', explique-t-il à l'AFP.

Mais cet effort repose notamment sur un mégaplan d'infrastructures qui dépend du feu vert encore aléatoire d'un Congrès américain très divisé.

/ATS
 

Actualités suivantes