Les anti-Macron descendent dans la rue en France

Plus de soixante partis de gauche, associations et syndicats défilaient samedi dans plusieurs ...
Les anti-Macron descendent dans la rue en France

Les anti-Macron descendent dans la rue en France

Photo: KEYSTONE/EPA/ETIENNE LAURENT

Plus de soixante partis de gauche, associations et syndicats défilaient samedi dans plusieurs villes de France. Ils espèrent une 'marée populaire' pour s'opposer à la politique du président Emmanuel Macron au pouvoir depuis un an.

Plusieurs milliers de personnes ont commencé à défiler peu après 14h30 dans l'est de Paris, comme d'autres un peu plus tôt dans plusieurs villes de province, pour une 'super fête à Macron', ainsi que l'a qualifiée le leader de la France insoumise (LFI, gauche radicale) Jean-Luc Mélenchon, qui manifestera à Marseille (sud-est).

Le chef de l'État a cependant prévenu vendredi, depuis Saint-Pétersbourg, que 'ça ne l'arrêtera(it) pas'. 'J'assume de ne pas présider à la lumière des sondages ou des manifestations parce qu'on l'a trop fait', a-t-il dit.

'Pouvoir arrogant'

'Quand on a un pouvoir aussi arrogant, aussi autoritaire dans ses méthodes, (...) si le pays ne montre pas sa force et son unité, on n'arrivera pas à faire bouger les lignes', a réagi le secrétaire général du PCF, Pierre Laurent présent dans la manifestation parisienne. 'La colère sociale est en train de monter', a-t-il ajouté.

Les protestataires lui reprochent de réformer au pas de charge et tous azimuts et d'être responsables de reculs sociaux.

'On fait des cadeaux aux très riches, on invite à l'Élysée des PDG d'entreprises qui ne paient pas leurs impôts et à côté de ça, on gèle les salaires des fonctionnaires, on applique la CSG (impôt destiné à participer au financement de la protection sociale, ndlr) aux retraités', a dénoncé samedi Philippe Martinez, secrétaire général du puissant syndicat CGT, qui participe au mouvement de protestation.

'Il était un petit Macron'

A l'inverse, les deux autres grands syndicats nationaux, la CFDT et FO, s'abstiennent de défiler, refusant de sortir du champ syndical pour participer à un mouvement à coloration politique. Pour des raisons similaires, le Parti socialiste ne sera pas dans les cortèges. Au contraire de LFI, du Parti communiste, des écologistes ou encore de Génération.s, le mouvement de l'ancien candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon.

Les premières manifestations ont réuni, selon la police, 1200 personnes à Lyon et 1900 à Grenoble (centre-est), 2000 à Montpellier (sud). A Grenoble le cortège chantait: 'Il était un petit Macron, il était un petit Macron, qui n'avait ja-ja-jamais galéré...'.

A Paris, le cortège était sous haute surveillance policière, afin de tenter d'éviter tout débordement. La préfecture de police a fait part de 15 interpellations avant même qu'il ne débute, sans en indiquer les motifs.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus